garde-robe
étymologie
Composé de garde (voir garder) et de robe.

nom


garde-robe \ɡaʁ.də.ʁɔb\ féminin

  1. (meubles) Chambre ou meuble dans lequel on range les habits, le linge, etc.
    • Cet appartement a une garde-robe.
  2. (Par extension) Ensemble des vêtements et pièces d’habillement d’une personne.
    • La garde-robe des voyageurs se composait de vêtements en peau de renne, doublés intérieurement d'épaisses fourrures. (Jules Verne, Le Pays des fourrures, J. Hetzel et Cie, Paris, 1873)
    • […], et commence la cueillette du butin. N'ayant plus ni chaussettes, ni bottines, ni sac, les déguenillés remontent tranquillement leur garde-robe. (Marguerite Baulu, La Bataille de l'Yser, Paris, Perrin & Cie, 1918, p.359)
    • Même pas eu le temps de me payer une paire de tatanes en daim comme j'avais envie. J’étais sapé de mes anciennes fringues, ma garde-robe d'avant la taule... les frocs se faisaient plus si fuseaux... (Alphonse Boudard, Les Enfants de chœur, Flammarion, 1982)
    • Si l'on suit les magazines de mode, la garde-robe de la fashion victim devrait changer toutes les semaines en passant d'un extrême à un autre, du rose au bleu canard qui seront complètement démodés dans un mois. (Bénédicte Régimont, La very stylish girl, Éditions Open Way, 2005)
    • Le blouson en jean, devenu un basique de la garde-robe féminine comme masculine, est le blouson le plus porté aujourd'hui. (Christelle Beneytout, Guide des tissus par projets de couture, Eyrolles, 2015, p. 156)
  3. (Désuet) (Par euphémisme) Lieu où l’on mettait la chaise percée, puis synonyme de toilettes.
    • Pour lors nous observons encore que les malades ne vont pas à la garde-robe, que les lavements font peu d'effet ; & que les matières que rendent les malades sont noirâtres, ou d’un gris blanchâtre. (Jean-Claude-Adrien Helvétius, [https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k9780939p/f135.item.r%3Dgarde-robe Methode donnée par M. Helvétius,... suivant laquelle les personnes charitables doivent conduire les pauvres malades de la campagne attaqués de fiévres intermittentes], Paris, 1746, page 129)
    • L’enfant bien portant doit aller à la garde-robe 2 à 4 fois par jour pendant les 2 premiers mois, et après de 1 à 2 fois. (Augusta Weiss, [https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6568985r/f137.item.r%3Dgarderobe La femme, la mère, l’enfant], A. Maloine, 1899, page 119)
  4. (Par métonymie) (Désuet) Défécation, excréments.
    • Après leur émission, les gardes-robes peuvent souiller les linges, le corps du malade, les mains des aides, les bassins, tous les objets avec lequels elles ont été en contact. (René Roger, [https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k56615805/f76.item.r%3Dgarde-robes Le malade, source de contagion dans la fièvre typhoïde], G. Carré et C. Naud, 1900, page 73)
  5. (botan) Synonyme de santoline petit cyprès (insecticide).
  6. (botan) Synonyme de lavande vraie.

traductions
traductions
  • russe : гардероб

nom


garde-robe \ɡaʁ.də.ʁɔb\ masculin

  1. Tablier de toile pour préserver les vêtements.
  2. (Québec) Placard où l’on entrepose les vêtements.

traductions


Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.019
Dictionnaire Français