geindre
étymologie
(nom) Du latin junior [1].
(verbe) D’abord giembre en ancien français (vers 1200), puis refait en geindre, d’après les verbes en -eindre. Du latin gemo.

nom

SingulierPluriel
geindregeindres

geindre \ʒɛ̃dʁ\ masculin

  1. Variante de gindre.
    • Et Mahoudeau exagérait ses brutalités voulues, les mains convulsées, ainsi qu’un geindre dont les poings pétriraient un monde (Émile Zola, L'Œuvre'', 1886)

verbe

geindre \ʒɛ̃dʁ\ intransitif conjugaison

  1. Se lamenter, gémir, se plaindre à diverses reprises d’une voix languissante et non articulée.
    • Les vieillards les plus débiles restaient dans leurs lits, et il n’y avait point de maison où l’on ne trouvât cinq ou six lits où geignaient les aïeuls. (Charles Deulin, « Le Poirier de Misère », in Cambrinus et autres Contes, circa 1847–1875)
    • Elle recommença ses doléances, elle se mit à geindre de plus belle sur le manque de fortune qui la faisait échouer au port. (Émile Zola, La Fortune des Rougon, 1870)
    • Le court trajet du platane à sa chambre lui parut interminable ; et elle geignait involontairement, demandant à s’asseoir, à s’arrêter, accablée par une sensation intolérable de pesanteur dans le ventre. (Guy de Maupassant, Une vie)

traductions


Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.023
Dictionnaire Français