gibet
étymologie
Du moyen français gibet, de l’ancien français gibet, diminutif de gibe, de l’ancien bas frk gibbbâton fourchu »). Voir l’anglais gib et le bavarois Gippel.

nom

SingulierPluriel
gibetgibets

gibet \ʒi.bɛ\ masculin

  1. Potence où l’on exécute ceux qui sont condamnés à être pendus.
    • […] à droite, un gibet suspendu qui demande aux passants l’aumône comme un manchot. (Aloysius Bertrand, Gaspard de la nuit, 1842)
    • Enguerrand de Marigny, le ministre des finances qui avait inspiré à Philippe le Bel sa politique d’altération des monnaies, fut pendu au gibet de Montfaucon. (Léon Berman, Histoire des Juifs de France des origines à nos jours, 1937)
    • ils ont attendu la mort avec sérénité, prêts, quand ils seraient au pied du gibet, quand le bourreau s’approcherait d’eux pour leur envelopper la tête de l’atroce cagoule, pour passer autour de leur cou la corde glissante enduite de savon, à crier une dernière fois Vive la Révolution ! Vive la liberté ! (Nathalie Sarraute, Enfance, Gallimard, 1983, collection Folio, page 195)
  2. (Par extension) (histoire) Fourches patibulaires où l’on exposait les corps de ceux qui avaient été pendus.
    • […] je commençai à distinguer l’extrémité supérieure du gibet, composé de ses trois piliers et de cette double traverse de chêne dont j’ai déjà parlé. C’est à ces traverses de chêne que pendent les croix de fer auxquelles on attache les suppliciés. (Alexandre Dumas, Les Mille et Un Fantômes)
synonymes
traductions


Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.047
Dictionnaire Français