gouverner
étymologie
Du latin gubernare.

verbe

gouverner \ɡu.vɛʁ.ne\ transitif conjugaison

  1. Diriger une embarcation à l’aide d’un gouvernail.
    • Vers 13 heures, je hisse la trinquette et le tourmentin et, comme le vent augmente, j'amène la grand'voile et laisse le Firecrest se gouverner seul sous voilure avant. (Alain Gerbault, À la poursuite du soleil; tome 1 : De New-York à Tahiti, 1929)
    • Gouverner un vaisseau, une barque.
    • (Absolument) Gouverner au plus près.
    • Gouverner à la lame, fuir vent arrière par un gros temps, pour éviter de recevoir des lames.
    • (Figuré) C’est lui qui gouverne la barque, c’est lui qui a la conduite de l’entreprise.
    1. (Par extension) Se dit de l’embarcation elle-même.
      • Ce bâtiment, ce bateau est désemparé, il ne gouverne plus.
      • Gouverner sur son ancre, se dit lorsqu’un vaisseau étant au mouillage, dans une rivière, l’action du courant lui imprime des mouvements de rotation.
  2. (Figuré) Conduire un moyen de transport.
    • Gouverner un cheval, un attelage.
    • Gouverner un ballon, un avion.
  3. Diriger la conduite de choses ou de personnes.
    • Si le succès de sa morale n'a pas égalé le triomphe de sa politique, c'est qu'il est plus difficile, comme il est plus beau, d'améliorer les hommes que de les gouverner. (Jean-Jacques Ampère, La Chine et les travaux d'Abel Rémusat, Revue des Deux Mondes, 1832, tome 8)
    • Cependant les femmes de Lima gouvernent les hommes parce qu’elles leur sont bien supérieures en intelligence et en force morale. (Flora Tristan; Les Femmes de Lima, dans Revue de Paris, tome 32, 1836)
    • Ce n'est rien d'ordonner des actes, si préalablement on n'est pas maître des pensées ; pour gouverner le monde des corps, il faut dominer celui des esprits. (Jules Michelet, Du prêtre, de la femme, de la famille, 3e éd., Hachette & Paulin, 1845, page 262)
    • Il ressentit une véritable joie à la pensée qu’il avait peut-être une tumeur mortelle, qu’il n’allait plus avoir à s’occuper de rien, que c’était la maladie qui allait le gouverner, faire de lui son jouet, jusqu’à la fin prochaine. (Marcel Proust, Un amour de Swann, 1913, réédition Le Livre de Poche, page 168)
    • Une fois de plus il constata qu’il gouvernait son cœur aussi mal que possible. (Julien Green, Moïra, 1950, réédition Le Livre de Poche, page 194)
    • Il s’est toujours gouverné sagement.
    • (Absolument) Les ministres gouvernent sous leur responsabilité.
  4. Diriger un pays ; régner.
    • Martov ne condamnait pas la révolution d'Octobre, mais la monopolisation du pouvoir par le Parti bolchévique et sa façon de gouverner, la « commissariocratie ». (Jean Elleinstein, D'une Russie à l'autre: vie et mort de l'URSS, éd. Messidor/Éditions sociales, 1992, page 143)
  5. Apporter des soins à une chose pour la maintenir en bon état, pour qu’elle ne périsse pas.
    • […], et il serait à préférer qu'on le construisît ainsi que le fourneau d'une forme carrée plutôt que ronde ; cette disposition convient mieux pour l'ajustement dans les douves de la chaudière ; le feu est plus facile à tiser et à gouverner ; […]. (R. O'Reilly, « Description d'un Alambic avec des Chaudières de bois pour économiser le combustible, ainsi que d'un appareil distillatoire pour rectifier l'esprit-de-vin (alcool) » , dans Annales des arts et manufactures ou mémoires technologiques, tome 5, Paris : Imprimerie des Annales, s.d., page 142)
    • Il s’entend à gouverner le vin, à gouverner une cave.
    • Cette fille de ferme gouverne bien la basse-cour.
  6. (grammaire) Régir.

traductions
traductions
traductions
traductions


Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.028
Dictionnaire Français