grappin
étymologie
(XIVe siècle) Mot  composé de grappe (« crochet, aggraphe ») et de -in.

nom

SingulierPluriel
grappingrappins

grappin \ɡʁa.pɛ̃\ masculin

  1. (marine) Petite ancre qui a quatre ou cinq branches recourbées et dont on se sert pour les embarcations telles que chaloupes, canots, etc.
  2. (marine) Instrument de fer à plusieurs pointes recourbées dont on se sert pour faciliter l’abordage d'un navire ou l’atterrissage.
    • Jeter le grappin dans les cordages d’un navire.
    • Maître Zéli faisait en tout cas disposer les grappins d’abordage. (Eugène Sue, Kernok le pirate, 1830)
    • Combien de couples n’existent que pour ce seul plaisir de l’habitude ! Toute chaleur est morte entre leurs corps ennemis. Mais ils naviguent, côte à côte, accrochés par les grappins du dernier combat, brûlés, vaincus, noirs et inséparables, parce que le même courant les porte vers la cataracte finale. (Henri Troyat, Le mort saisit le vif, 1942, réédition Le Livre de Poche, page 195)
  3. (Mécanique) Sorte de pince à deux mâchoires actionnée par des vérins hydrauliques, située au bout du bras d’une grue et qui sert à manipuler des troncs d’arbres abattus.
  4. (christianisme) Nom donné au diable par le Jean-Marie Vianney.
    • Le saint curé est resté discret sur ses dons. « La nuit, j’étais tourmenté par le grappin (le démon) », disait-il pour expliquer les bruits que l’on entendait dans sa chambre. (Claude Ferrero, Tous les secrets de Lyon et de ses environs, Ouest-France, 2016, page 39)

traductions


Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.013
Dictionnaire Français