gratte-ciel
étymologie
Calque de l’anglais skyscraper, composé de sky « ciel » et de scraper « gratteur ». voir gratter

nom


gratte-ciel \ɡʁat.sjɛl\ masculin

  1. (architecture) Édifice habitable ayant plus de 150 mètres de hauteur.
    • […], nous passons sous le pont suspendu de Brooklyn et devant Manhattan et ses gratte-ciel, et ma dernière vision de New-York me laisse une impression de ville monstrueuse et titanesque. (Alain Gerbault, À la poursuite du soleil, tome 1 : De New-York à Tahiti, 1929)
    • À New-York, on jetait par terre des gratte-ciel encore neufs pour en construire de plus hauts et de plus chers. (André Maurois, Chantiers américains, Gallimard, 1933, p. 19)
    • Lagos comptait alors environ 5 millions d’habitants. J’aimais cette métropole lagunaire avec ses pieds dans l’eau, notamment dans les bidonvilles sous les ponts autoroutiers reliant ses îles et péninsules à la terre ferme, et sa tête dans les nuages le long de la marina – une cordillère de gratte-ciel qui étaient à cette époque encore rares au sud du Sahara.(Stephen Smith, La Ruée vers l’Europe, 278 pages, Grasset, 2018, p. 46)
    • Il m'a rendue suicidaire, moi si légère. Je peux pas fermer les yeux sans me figurer que je tombe d'un gratte-ciel de mille étages. (Réjean Ducharme, L'hiver de force, Gallimard, 1973, p. 130)
synonymes
traductions


Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.004
Dictionnaire Français