gravement
étymologie
Dérivé de grave, avec le suffixe -ment.

adverbe

gravement \ɡʁav.mɑ̃\

  1. Avec gravité ; d’une manière composée.
    • Ses doigts tordaient et retordaient une fibre imaginaire qu'il simulait de nouer gravement. (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)
    • Les hommes jouent gravement aux boules et se passionnent pour le foteballe ; ils prennent l'apéritif par habitude, rejoints par ceux qui le font par snobisme. (Henri Wadier, La réforme de l'enseignement n'aura pas lieu, éd. Robert Laffont, 1970, p. 154)
    • Et la troupe, à l’instant cessant de fredonner, D’un ton gravement fou se mit à raisonner. (Nicolas Boileau-Despréaux, Sat. III.)
    • Cydias, après avoir toussé, relevé sa manchette, étendu la main et ouvert les doigts, débite gravement ses pensées quintessenciées. (Jean de la Bruyère, V.)
    • Quand la gravité n'est que dans le maintien, comme il arrive très souvent, on dit gravement des inepties ; cette espèce de ridicule inspire de l’aversion. (Voltaire, Dict. phil. Grave.)
  2. Dangereusement, d’une manière à entraîner de fâcheuses conséquences.
    • Il a été gravement malade. Il s’est gravement compromis.
  3. (musique) Il indique un mouvement lent, mais moins lent que le mouvement indiqué par lentement. On dit et on écrit plus ordinairement grave en italien.

traductions
traductions


Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.004
Dictionnaire Français