gueule de bois
étymologie
L’expression « avoir la gueule de bois » viendrait du fait d’avoir la bouche sèche comme du bois [1] après avoir bu trop d’alcool (déshydratation), puis aurait évolué pour désigner les symptômes dus à l’alcool au réveil [2].

locution nominale

gueule de bois \ɡœl də bwa\ féminin (pluriel à préciser)

  1. (Figuré) (familier) Malaises matinaux (mal de tête, vertiges, etc.) dus à un abus d’alcool.
    • — Ah ! vous avez envie d’un John Collins ! Excellente idée ! Prenons un John Collins Tout à fait fameux pour le… wooden mouth ! Comment dites-vous en français ?
      — Ça dépend ! Le docteur Héricourt dit
      xylostome, les voyous prononcent gueule de bois. (Alphonse Allais, On n’est pas des bœufs, chronique Supériorité de la vie américaine sur la nôtre, 1896)
    • Quatre plombes du mat', c’est l’heure des angoisses pour qui ne dort pas. L’heure où l’on meurt dans les hôpitaux et où les fêtards commencent à réaliser l’étendue de leur gueule de bois. (San-Antonio (série), Réflexions définitives sur l’au-delà , S-A 9 , Fleuve noir, 2000)
    • Pendant des années, j’ai bu comme tout le monde, au gré des soirées, des choses plus ou moins fortes, dans l’espoir d’atteindre la griserie qui aurait rendu l’existence acceptable : la gueule de bois a été mon principal résultat. (Amélie Nothomb, Pétronille, Albin Michel, Paris, 2014, [//books.google.fr/books?id=8wbvAwAAQBAJ&pg=PT2 p. 7])
synonymes
traductions
traductions


Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.015
Dictionnaire Français