harangue
étymologie
(XVe siècle) De l’italien arringa (« discours public ») autrefois aringa, à l’origine de l’ancien occitan arengua et du catalan arenga (sens identiques), tous deux attestés ca 1300. Probablement formé sur ar(r)ingo (« arène », « place publique, lieu de rassemblement »), lui-même issu, avec a intercalé, du gotique *hriggs (prononcé *hrings) correspondant à l’ancien bas francique hring (« cercle, anneau »). Voyez gringue pour un mot issu de cette même racine ou ring, via l’anglais.

nom


harangue (h aspiré)\a.ʁɑ̃ɡ\ féminin

  1. Discours fait à une assemblée, à un prince ou à quelque autre personne élevée en dignité.
    • Aussi, les harangues des princes, les remontrances des ministres, y tiennent-elles une grande place. (Jean-Jacques Ampère, La Chine et les travaux d’Abel Rémusat, Revue des Deux Mondes, 1832, tome 8)
    • Le Béarnais se mit à rire; […]. La voiture ne s'arrêta pas, car il tombait une petite pluie fine, […], et on avait déjà perdu beaucoup de temps à écouter la harangue des notables de Sainte-Menehould ; mais Henri IV fit prendre les placets des verriers, et peu de jours après leur accorda de nouvelles lettres patentes. (André Thieuret, Le secret de Gertrude, dans Le Correspondant, tome 82, Paris : chez Charles Douniol, 1870, p. 236)
    • Aussi les harangues ne manquaient pas au roi Charles IX et à la reine de Navarre ; on sait combien les huguenots étaient harangueurs. Force allusions au passé, force demandes pour l’avenir furent adroitement glissées au roi au milieu de ces harangues. (Alexandre Dumas, La Reine Margot, 1845, volume I, chapitre I)
  2. (familier) Discours ennuyeux ; longue remontrance.
    • On pourrait remplir des pages entières avec l’exposé sommaire des thèses contradictoires, cocasses et charlatanesques qui forment le fond des harangues de nos grands hommes ; rien ne les embarrasse. (Georges Sorel, Réflexions sur la violence, Chap.IV, La grève prolétarienne, 1908, p.159)
    • Pendant ce temps, dans la cité géante, le mouvement insurrectionnel échappait à tout contrôle. […]. Au début, la rébellion ne se manifesta que par des vociférations isolées, des harangues sur les places et des excitations dans la presse. (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, page 233 de l’éd. de 1921)
    • Hé mon ami, tire-moi de danger !
      Tu feras après ta harangue.
      (Jean de La Fontaine, Fables, Livre premier, XIX : L'Enfant et le Maître d'école)
synonymes
traductions
forme fléchie

harangue (h aspiré)\a.ʁɑ̃ɡ\

  1. Première personne du singulier du présent de l’indicatif de haranguer.
  2. Troisième personne du singulier du présent de l’indicatif de haranguer.
  3. Première personne du singulier du présent du subjonctif de haranguer.
  4. Troisième personne du singulier du présent du subjonctif de haranguer.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif de haranguer.



Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.022
Dictionnaire Français