haute mer
étymologie
 Composé de haut et de mer ; ainsi nommée parce que, du rivage, elle paraît plus haute que lorsqu’elle en est près.

locution nominale


haute mer \ot mɛʁ\ féminin

  1. (marine) La mer qui est au delà de l’horizon, hors de vue du rivage.
    • Loin des eaux estuariennes mais en haute mer, la grande pêche sportive se rallie parfois à cette situation quand s'ancrant, on recherche thons et bonites au broumé ou requins à la strouille. (André Péjouan, Toutes les pêches côtières en petit bateau, Éditions Jean-Paul Gisserot, 1997, page 58)
    • Je veux la haute mer aux rapides courants, La haute mer avec ses tournoyantes plaines, (André Van Hasselt, Vasco de Gama.)
    • À la fin du XVe siècle, lorsque les Occidentaux, las de voir les Arabes monopoliser le commerce des épices et de la porcelaine, ont essayé d’atteindre les Indes par voie maritime, ils ont su construire des bateaux de haute mer, mais ils se sont heurtés à des maladies nouvelles (Jean Guillaume, Ils ont domestiqué plantes et animaux, prélude à la civilisation, Quæ 2010, page 249)
  2. Marée haute.
    • Le flot et le jusant courant au large, sans interruption, pendant 2 ou 3 heures après la haute ou basse mer sur la côte, circonstance dont il faut soigneusement tenir compte en franchissant les bancs. (C. B. Matenas, Renseignements nautiques sur les côtes de France, d'Angleterre, d'Écosse, […], page 213, 1851.)
    • Hector affirmait pourtant qu’on ne serait pas gagné par la haute mer. (Émile Zola, Naïs Micoulin, Les Coquillages de M. Chabre, 1884.)
  3. (droit) Zone maritime qui n’est sous l’autorité d’aucun État.
synonymes antonymes
traductions


Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.004
Dictionnaire Français