heures
étymologie
Par ellipse de livre d’heures,

nom

heures féminin pluriel, invariable

  1. (catholicisme) (Au pluriel) Heures canoniales.
    • Dans les vigiles , les prières fériales se disent seulement à matines et dans les Heures : mais aux vêpres suivantes on ne les dit point, parce que de là on fait de la fête. (Pierre Jean Baptiste de Herdt, Pratique de la liturgie selon le rit romain, traduit de la 3e édition latine par F.-L.-M. Maupied, tome 2, Paris : chez Gaume frères & J. Duprey, 1858, p. 218)
    • Traditionnellement, matines et laudes se chantent dans la seconde moitié de la nuit, prime à 6 heures, tierce à 9 heures, sexte à midi, none à 15 heures, vêpres et complies en fin d'après- midi. Les heures comprennent surtout des psaumes et elles sont chantées au chœur dans le texte latin. Les choristes de l'Hôtel-Dieu de Québec se rendaient donc plusieurs fois par jour au chœur pour psalmodier, […]. (Jean Simard, Le Québec pour terrain: itinéraire d'un missionnaire du patrimoine religieux, Presses de l'Université Laval, 2004, p. 134)
  2. (catholicisme) (Au pluriel) Livre qui contient les prières pour les heures canoniales.
    • […] hâtez-vous, de peur que le cierge qui brûle sur votre prie-Dieu, dans la chapelle des Anges, ne s’éteigne en étoilant de ses gouttes de cire les heures de vélin et le carreau de velours ! (Aloysius Bertrand, Gaspard de la nuit, 1842)
    • Les autres libraires de Paris faisaient de même dans les heures qu'ils éditaient pour les diverses églises de l'Europe. Ainsi nous la voyons dans les « Heures a lusaige de Rome » d'Anthoine Verard (1498 et 1503; voir Brunet, n°129), dans celle de Jehan de Brie (1515).(Vincent Baesten, Une inscription latine à Séville et la prière "Anima Christi" dans les livres d'heures du Moyen-âge, tiré à Part de Précis historique, n° 32 (1883), chez Alfred Vromant, 1883, p. 13)
forme fléchie


heures (h muet)\œʁ\ féminin

  1. Pluriel de heure.
    • Là-dessus, Sauveur dormit deux grandes heures dans son lit de plumes, puis, frais comme l’œil, revêtu d’un pantalon de toile crème et de sa chemise Lacoste rouge, rasé de frais, aftershavé Elisabeth Arden, il entreprit d’aller visiter Mlle Lechat. (Hélène de Monaghan, Suite en noir, Librairie des Champs-Élysées, 1970, page 50)

Heures
étymologie
Du latin Horae, du grec ancien Ὧραι, Hōrai, « portions de temps, saisons, heures ».

nom propre

Heures (h muet)\œʁ\ féminin pluriel

  1. (mythol) (Au pluriel) Dans la mythologie grecque, filles de Zeus et de Thémis, symbolisant le passage du temps.
    • Souveraine qui chéris Golgoi et Idalion et le haut Éryx, Aphrodίte qui te complais dans l’or, voici ton Adonis, tel que l’ont ramené après douze mois de l’intarissable Achéron les Heures aux pieds délicats, les Heures chéries, les plus lentes des divinités, mais dont la venue est désirée de tous les humains, parce qu’elles apportent toujours quelque présent. (E. Chambry (traducteur), Les Bucoliques Grecs : Théocrite, Moschos, Bion, 1931)
  2. (mythol) (Au pluriel) Dans la mythologie grecque, filles de Chronos ou Hélios (selon les auteurs) et de Séléné, symbolisant les heures du jour et de la nuit.



Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.027
Dictionnaire Français