horde
étymologie
(XVIe siècle) Via l’allemand Horde et le polonais horda, du russe орда du mongol {{lien ordu (« palais », « appartements du gouverneur », « camp militaire »), apparenté au turc ordu (« armée, camp militaire »), ces deux provenant du vieux turc 𐰇𐰼𐰏𐰃 (örgu). Mot connu en Europe dès le XIIIe siècle — et l’invasion mongole contemporaine, notamment de la Horde d'or — avec le latin médiéval orda (« camp militaire »).

nom


horde (h aspiré)\ɔʁd\ féminin

  1. (vieilli) Tribu nomade d’Asie centrale.
  2. (Nom collectif) Troupe nombreuse d’hommes qui vivent en société, mais sans avoir d’établissement fixe.
    • Le gros des troupes était une horde de barbares dans toute la force du terme. C’était de ces figures étranges qui avaient parcouru la Gaule au temps d’Attila et de Chlodowig. (Augustin Thierry, Récits des temps mérovingiens, 2e récit : Suites du meurtre de Galeswinthe — Guerre civile — Mort de Sighebert (568-575), 1833 - éd. Union Générale d’Édition, 1965)
  3. (Nom collectif) Peuplade ou groupement d’hommes errants.
    • C'est ainsi que, dans l'Antiquité, les riches vallées du Nil et de l’Euphrate (Mésopotamie) furent toujours convoitées par des hordes conquérantes. (Panayiotis Jerasimof Vatikiotis, L’Islam et l’État, 1987, traduction d’Odette Guitard, 1992, p.163)
    • En 1223, première alerte. Du Caucase dévale une nuée de cavaliers. Ce n'est plus une horde : c'est une armée structurée, disciplinée d'un immense empire. (René Cagnat & Michel Jan, Le milieu des empires, Robert Laffont, 1981, page 115)
  4. (Nom collectif) (sociologie) Groupement humain temporaire et instable.
  5. (Nom collectif) (Péjoratif) Troupe d’hommes indisciplinés, qui se plaisent au carnage, à la dévastation, etc.
    • Les nouaïb […] sont des hordes absolument indisciplinées, mais parmi lesquelles on trouve certainement d'excellents cavaliers, des fantassins durs à la fatigue et de bons tireurs. (Frédéric Weisgerber, Trois mois de campagne au Maroc : étude géographique de la région parcourue, Paris : Ernest Leroux, 1904, p. 88)
    • Et les hordes fanatisées par les prédicateurs de la Croisade trouvèrent tout naturel, avant de régler leur compte à ceux qui avaient profané (soi-disant) le tombeau du Christ, de châtier les descendants des « déicides ». (Léon Berman, Histoire des Juifs de France des origines à nos jours, 1937)
    • Les petits chevaux des Cosaques escaladent les amas de décombres, entre des lambeaux de murs placardés d’affiches portant la dernière proclamation de Gœbbels : « Tout Allemand doit défendre sa capitale. Les hordes rouges seront arrêtées. » (Georges Blond, L'Agonie de l'Allemagne 1944-1945, Fayard, 1952, p.326)
    • Au bout de la vallée on entendait le son d’une corne
      D’un chef ennemi qui rappelait toute sa horde.
      (Manau, La tribu de Dana)
  6. (Nom collectif) (plais) Groupe de personnes indisciplinées.
    • Invariablement les fonctionnaires, arrivés récemment ici des autres parties de la France, éprouvent de l'étonnement en voyant ces classes drues, ces hordes de galopins qui déambulent par les routes. (Ludovic Naudeau, La France se regarde : le Problème de la natalité, Librairie Hachette, Paris, 1931)
    • C'était le branle-bas de combat au paradis. Dieu le Père observait d'un œil distrait ses hordes d'anges astiquer les nuages pour la fête de Noël. On avait nettoyé la crèche, mis de la paille fraîche, brossé le bœuf et l'âne. (Micheline Duff, « Les Semences d'Amour », dans les Contes de Noël : Pour les petits et les grands, Québec Amérique, 2012)
synonymes
traductions
  • allemand : Horde
  • anglais : horde (2, 3 ; 5 : (Péjoratif))
  • russe : орда



Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.006
Dictionnaire Français