horion
étymologie
D’origine inconnue, présent en 1527 dans La tres joyeuse, plaisante & recreative hystoire composee par le loyal serviteur, des faiz, gestes, triumphes et prouesses du bon chevalier sans paour et sans reprouche le gentil seigneur Bayart dont humaines louenges sont espandues par toute la chrestiente. De plusieurs autres bons, vaillans et vertueux cappitaines qui ont este de son temps. Ensemble les guerres, batailles, rencontres et assaulx qui de son vivant sont survenues, tant en France, Espaigne que Ytalie.
Le lorrain a horié (« fustiger »). Le mot avait la signification de « casque » qui explique peut-être la dérive sémantique vers « coup sur la tête ».

nom


horion (h aspiré)\ɔ.ʁjɔ̃\ masculin

  1. Coup rudement assené sur la tête ou sur les épaules.
    • En vérité, dit le père en serrant son poing énorme, je vais t’octroyer un horion. (Walter Scott, Ivanhoé, traduit de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)
    • Deux ivrognes mâles d’une quarantaine d’années, vêtus comme des chiffonniers ou des vagabonds et échangeant des horions dont la violence était exprimée par force étoiles de diverses grosseurs. (Michel Leiris, L’âge d’homme, 1939, collection Folio, page 31.)
    • En fait, dans ma jeunesse, j’ai eu ma part de horions, mais le temps des bagarres d’enfants est fini. Il va falloir que tu te défoules en faisant des choses plus constructives. (Raymond Elias Feist, Les chroniques de Krondor : Pug, l’apprenti, 1982, Traduction de l’américain par Antoine Ribes)
    • Rand soupira. Un instant, il regretta qu’Aviendha ne soit pas là. Mais non, il aurait détesté que Selande, couverte de horions, s’enfuie en courant, ses vêtements déchirés… (Robert Jordan, Les Feux du ciel, traduit par Jean-Claude Mallé, Bragelonne, 2013, ISBN 978-2-35294-664-9)



Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.028
Dictionnaire Français