humour
étymologie
(XVIIIe siècle) Emprunté à l’anglais humour, venant lui même du français humeur, à rapprocher du développement semblable du français humeur à la même époque (Cet homme a de l'humeur. − C'est un vieux domestique, qui, comme vous voyez, n'est pas mélancolique. (1643 Corneille, Suite du Menteur, III, 1)).
(1728) Mots piquants à double entente que les Anglois appellent « humours ». (C. de Saussure, Lettres et voyages, p. 272) ; (1755) devient masculin : cet humour dont les Anglais se vantent. (Journal étranger, avril, p. 65) voir amour originellement féminin.

nom

SingulierPluriel
humourhumours

humour \y.muʁ\ masculin

  1. Forme d’ironie à la fois plaisante et sérieuse, sentimentale et satirique.
    • Et c'est pour lui […] une chronique qui sinue à travers cent anecdotes tissée de bons mots, de plaisanteries, d'humour wallon. (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)
    • […] parce qu'il nous a semblé que ce sketch par son thème et par ses procédés humoristiques permettaient de mettre en relief des éléments liés à une culture particulière d'une part et au fonctionnement universel de l’humour. (Évelyne Bérard, « Le Noir : Humour et français langue étrangère », dans 2000 ans de rire: permanence et modernité : Colloque international Grelis-Lasseldi/Cornum, Besançon 29-30 juin & 1er juillet 2000, Presses Universitaires de Franche-Comté, 2002, p. 307)
    • Plus de deux siècles plus tard, Constant Coquelin, ému par la déchéance de quelque ancienne gloire des tréteaux, crée une maison de retraite pour comédiens. Comme l’humour n'est jamais loin avec les histrions, il l'installe à Couilly-Pont-aux-Dames, en Seine-et-Marne... (Christophe Barbier, Dictionnaire amoureux du théâtre, Plon, 2015)

traductions


Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.058
Dictionnaire Français