impiété
étymologie
Du latin impietas voir impie, piété.

nom

SingulierPluriel
impiétéimpiétés

impiété \ɛ̃.pje.te\ féminin

  1. Mépris pour les choses de la religion.
    • J’entends crier de toute part à l’impiété. Le chrétien est impie en Asie, le musulman en Europe, le papiste à Londres, le calviniste à Paris, le janséniste au haut de la rue Saint-Jacques, le moliniste au fond du faubourg Saint-Médard. Qu’est-ce donc qu’un impie ? Tout le monde l’est-il, ou personne ? (Denis Diderot, Pensées philosophiques, Texte établi par J. Assézat, Garnier, 1875-77)
    • En voyant ses mauvais mœurs, ses goûts épicuriens, l’impiété même dont il faisait profession ouverte, sauf à s'en défendre tant bien que mal, soupçonnerait-on que Costar était d'église ? (Monseigneur Antonin Fabre, Les ennemis de Chapelain, tomes 1 & 2, collect. Études littéraires sur le XVIIe siècle; Éditions A. Fontemoing, 1897, p. 160)
    • Tout le monde étant d'accord pour me désigner nettement sous le nom de scepticisme, d'impiété ou de laïcisme l'esprit dominant du département, tout le monde aussi, on l'a vu, reconnaît son esprit de progrès. (Ludovic Naudeau, La France se regarde : le Problème de la natalité, Librairie Hachette, Paris, 1931)
  2. Action, parole, sentiment qui dénote du mépris pour la religion.
    • Commettre des impiétés.
    • Dire des impiétés.
    • Cet ouvrage renferme des impiétés.
  3. (Par extension) Mépris pour des sentiments universellement respectés.
    • Sa conduite à l’égard de son père fut une impiété.

traductions


Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.004
Dictionnaire Français