inanité
étymologie
Du latin inanitas.

nom

SingulierPluriel
inanitéinanités

inanité \i.na.ni.te\ féminin

  1. État de ce qui est vain, inutile.
    • L’opinion se convainc de l’inanité du bellicisme. (Edwin O. Reischauer, Histoire du Japon et des Japonais, tome 2 : De 1945 à nos jours, traduit et complété par Richard Dubreuil, édition Seuil, 1997, page 50)
    • […] ; mais on l’accueille par un sourire et non par une injure, ce qui est pis ; et promptement il se rend compte de l’inanité de ses démarches, du néant de ses efforts et il se décourage ! (Joris-Karl Huysmans, La Cathédrale, Plon-Nourrit, 1915)
    • ''Sur les crédences, au salon vide : nul ptyx,>Aboli bibelot d’inanité sonore,>(Car le Maître est allé puiser des pleurs au Styx>Avec ce seul objet dont le Néant s’honore).'' (Stéphane Mallarmé, Poésies)

    • La Chancellerie reconnaît l’inanité de ce texte et… (Me Olivier Morice, LCI.fr, 14 septembre 2009)
    • On croyait les populations indiennes homogènes, selon les dogmes de la vieille anthropologie développés dans l’ouvrage que Dios Huarte Navarro avait dédié en 1575 à Philippe II, Examen de ingenios para las ciencias, longtemps très célèbre en Europe, en attendant que la recherche américaniste du XIXe siècle en démontrât l’inanité et révélât l’immense diversité des langues amérindiennes. (Claude Hagège, Dictionnaire amoureux des langues, 2009)
    • […] juste bien certain aux tréfonds de l'inanité de la farce désormais, la farce immense des Hordes. (Alain Damasio, La Horde du Contrevent, 2004)

traductions


Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.004
Dictionnaire Français