invisible
étymologie
Du latin invisibilis.

adjectif

SingulierPluriel
invisibleinvisibles

invisible \ɛ̃.vi.zibl\ masculin et féminin identiques

  1. Qu’on ne peut voir, qui échappe à la vue par sa nature, par sa petitesse, par sa position, ou seulement à cause de la distance.
    • Nous citerons les solutions aqueuses étendues de chlorure de cobalt, d’acétate ou de nitrate de cobalt, mêlées de 1/4 de sel marin; elles donnent une encre sympathique avec laquelle l'écriture, invisible sur le papier, apparaît en bleu par une légère application de la chaleur, puis disparaît ensuite par degrés, à mesure que le chlorure de cobalt reprend de l'eau, et reparaît de nouveau par la chaleur.Faux en écriture publique et privée », dans le Dictionnaire des altérations et falsifications des substances alimentaires, médicamenteuses et commerciales, par Alphonse Chevallier, 2e édition, tome 1, Paris : chez Béchet jeune, 1854, page 419)
    • Le duc, […], atteignit enfin un escalier en spirale pratiqué dans l’épaisseur d’un mur et qui s’ouvrait par une porte secrète et invisible dans l’antichambre de l’appartement de Marguerite. (Alexandre Dumas, La Reine Margot, 1845, volume I, chapitre II)
    • Aux alentours et dans les lointains invisibles, les tintements joyeux des clochettes argentines et les bourdons graves des sonneaux indiquaient à Mimile que les autres petits bergers, ainsi que les bergères de son âge rapatriaient comme lui vers l’abreuvoir et vers l’étable leurs troupeaux repus. (Louis Pergaud, Un satyre, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
    • Invisible et sans rien troubler de ma présence, comme un Zeus vêtu d'air aux âges d'innocence, que ne puis-je « inspecter » le grand travail des champs ! (Paul Fort, Le livre des visions : Vivre en Dieu, éd. 1941, p.23)
    • J'appris qu'il était d'autres joies que celles d'épier sous un arbre l'approche d'un ramier ou de placer le soir sur un passage dans les taillis d’invisibles lacets. (Francis Carco, Maman Petitdoigt, La Revue de Paris, 1920)
  2. (Figuré) Qui ne se laisse pas voir, qui se cache, ou que l’on ne saurait trouver.
    • Il se fabriquait une étrange réputation, personnage de légende qui voyait à travers le brouillard, savait se rendre invisible aux gabelous, capable de tout ! (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)
    • Ce monarque affectait de se rendre invisible pour mieux imprimer le respect, la crainte à ses sujets.
    • C’est vainement que je sollicitais une audience, le ministre était invisible pour moi.
    • Cet homme est invisible, on ne le trouve jamais chez lui.
  3. (Figuré) Dont on ne parle pas ; qui n’est pas connu.
    • Jusqu’ici, le monde a porté son attention sur les problèmes de quantité d’eau – comme les sécheresses ou les inondations – car ce sont des événements que l’on peut observer. La qualité de l’eau, elle, reste une question invisible. (L’impact de la pollution de l’eau est sous-estimé, selon la Banque mondiale)
antonymes
traductions


Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.006
Dictionnaire Français