jarre
étymologie
(nom 1) De l’arabe جَرَّة.
(nom 2) De l’ancien français gard avec évolution régulière de \ɡ\ en \ʒ\ voir jarde, jardin, jargon, jars et assourdissement de la finale -ard écrit -arre.

nom

SingulierPluriel
jarrejarres

jarre \ʒaʁ\ féminin

  1. Récipient généralement en terre cuite, de forme ovoïde et de différentes dimensions, où l’on conserve l’eau, l’huile, les olives.
    • En fermant les yeux, Jeanne revoit cette boutique minuscule où s’entassent les jarres d’huile et les sacs de farine, où pendent, au plafond, des balais et des brosses, des salamis et des cordes à sauter. (Jean-Michel Olivier, Notre Dame du Fort-Barreau : récit, éditions L'Âge d'Homme, 2008, p. 30)
  2. Fontaine de terre cuite dont on se sert dans les maisons.
  3. (vieilli) Dans un moulin, futaille où tombe le son.
synonymes
traductions
traductions
nom

SingulierPluriel
jarrejarres

jarre \ʒaʁ\ masculin

  1. (Filage) Mauvaise laine, poil de vigogne, de castor.
    • Le castorin, que les Anglais appellent newter, a une petite queue écailleuse ; sa peau porte un jarre qui recouvre un poil soyeux, trop peu fourni pour la pelleterie, mais très propre à la chapellerie. (Tarif des douanes, édition de 1844)
    • Les toisons où le jars domine ne se sont montrées ni plus ni moins fréquentes chez mes bêtes que chez celles de mes voisins. (Beaudouin, Académie des sciences (Comptes rendus, t. LV))
    • L’alpaga a une laine blanche ou noire, quelquefois brune, et presque dépourvue de jarre. (D. de Prat, Nouveau manuel complet de filature; 1re partie : Fibres animales & minérales, Encyclopédie Roret, 1914)
  2. Poil plus long et plus épais mélangé à la fourrure des animaux.
    • La fourrure du chat est composée de différents types de poils. Entre autres, le duvet, composé de poils fins, sert à l’isolation thermique. Le poil de jarre, plus long et plus épais, porte les motifs de la robe.

nom

SingulierPluriel
jarrejarres

jarre \ʒaʁ\ féminin

  1. (Ouest de la France) Bancs de sable, de rapides qu’une rivière présente.
    • Le tirant d’eau, à l’étiage également, se réduit, dans la partie supérieure du fleuve, au-dessus de Digoin, à 0m, 15 et 0m, 20 sur les rapides ou jarres ; mais, dans les mouilles, il est souvent de 0m, 80 E. (Grangez, Voies navigables de France)



Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.027
Dictionnaire Français