kapok
étymologie
Du malais kapuk.

nom

kapok \kapok\ masculin singulier

  1. (textiles) Fibre végétale, très légère, fine et soyeuse, imperméable et imputrescible, constituée des poils recouvrant les graines du kapokier ou fromager.
    • Le kapok naturel imperméable et gonflant est largement utilisé pour la confection des coussins.
    • Lady Diana, à cette minute même exerçait peut-être les artifices de sa séduction entre deux monticules de kapok emmaillotés de velours brodé… Je la devinais, presque nue, sous sa robe rose et blanche… (Maurice Dekobra, La Madone des sleepings, 1925, réédition Le Livre de Poche, page 188)
    • En lacérant les gilets, les femmes recueillirent le kapok qui se trouvait à l’intérieur. Elle s’en servirent plus tard pour fabriquer des serviettes périodiques. (Arto Paasilinna, Prisonniers du paradis, 1974. Traduit du finnois par Antoine Chalvin, 1996, p. 81.)
    • Assis dans un rocking-chair rococo garni d’un coussin à capitons fait d’un kapok trop mou mais qu’un joli cuir à cordon galonnait, il s’offrait pour l’instant un imposant rollmops au vin blanc qu’il noyait dans un grand bocal à cornichons.. (Georges Perec, La Disparition, Gallimard, Paris, 1969)

traductions


Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.003
Dictionnaire Français