leude
étymologie
(Nom 1) Du bas-latin leudes, mot Gothique  [1], apparenté à l’allemand Leute (« gens »), au suédois lyd (« homme »).
(Nom 2) Du bas latin levita [1], issu du participe levatus (« levé »). Levita a donné régulièrement leude et leuda en occitan. Du Cange le tire du germanique leude (« homme »), contre l’avis de Diez, qui cite, en confirmation l’espagnol leudo (« levain »), tiré aussi de levare. Cet avis doit prévaloir [1].

nom

SingulierPluriel
leudeleudes

leude \lød\ masculin

  1. (histoire) Compagnon du roi et possesseur d’un fief, dans les premiers temps de la monarchie franque.
    • J'ai parlé de ces volontaires qui, chez les Germains, suivaient les princes dans leurs entreprises ; Tacite les désigne par le nom de compagnons ; la loi salique, par celui d'hommes qui sont sous la foi du roi ; les formules de Marculfe, par celui d'antrustions du roi ; nos premiers historiens, par celui de leudes ; et les suivants, par celui de vassaux et seigneurs. (Montesquieu, Esprit des Lois, XXX, 16)
    • Pour assurer leur autorité, les rois mérovingiens cherchent à utiliser ces trois types d’aristocratie afin de disposer de la richesse, de la force et de l’autorité ; c’est pourquoi ils s’attachent les grands du royaume par un serment de fidélité spécial, le « leudesamio », d’où le nom de « leudes » qu’on donne aux assujettis. Ces leudes assistent le souverain, dont ils forment l’entourage, dans la conduite du royaume.
    • Ce qui m’a étonné, c’est la façon dont le jeune homme s’est rebiffé. Il avait pourtant pris depuis quelque temps en face du baron des manières de séide, des façons de leude qui n’annonçaient guère cette insurrection. (Marcel Proust, La Prisonnière, in À la recherche du temps perdu, t. III, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1988, p. 833)

nom

SingulierPluriel
leudeleudes

leude \lød\ féminin

  1. (histoire) Droit de péage qui se levait en Languedoc voir laide en ancien français.
    • Parmi les nombreuses clauses qui y sont citées, nous avons extrait le passage relatif au tarif de la Leude (c’est-à-dire au tarif de l’impôt seigneurial qui sera prélevé - après acceptation du pouvoir royal -, sur toutes les marchandises qui seront vendues par des marchands étrangers sur le marché du village de Sumène).
    • Art. 6. Aucun habitant ne doit ni péage ni leude, pour avoir acheté ou vendu quelque chose dans la ville. (Société littéraire et scientifique de Castres, Procès verbaux des séances de la Société littéraire et scientifique de Castres, 3me année, Imprimerie Abeilhou, Castres, 1860, page 59) }{#if:{#if:| (OCLC {oclc} ↗)}}}}
synonymes
traductions
  • espagnol : laudemio, luismo



Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.004
Dictionnaire Français