lieutenant
étymologie
Composé de lieu et de tenant ((1287) luetenant), d’après l’expression latine locum tenens signifiant « qui tient lieu de ».

nom

SingulierPluriel
lieutenantlieutenants

lieutenant \ljøt.nɑ̃\ masculin (pour une femme on dit : lieutenante)

  1. Celui qui est immédiatement au-dessous d’un chef, qu’il supplée dans certains cas.
    • Un combat sanglant s’ensuivit, et les troupes chérifiennes finirent par s’emparer de la place. Le lieutenant du caïd, qui avait organisé la résistance, n’eut que le temps de se jeter sur un cheval et sauva sa tête par une fuite précipitée […]. (Frédéric Weisgerber, Trois mois de campagne au Maroc : étude géographique de la région parcourue, Paris : Ernest Leroux, 1904, p. 44)
  2. (militaire) Grade donné à un officier subalterne dans l’armée de terre, l’armée de l’air et la gendarmerie nationale de France, situé entre son supérieur hiérarchique, le capitaine, et son subordonné, le sous-lieutenant. Ce grade correspond à celui d’enseigne de vaisseau de première classe (non pas de lieutenant de vaisseau) dans la Marine nationale française. Le code OTAN est OF-1.
    • C’est un lieutenant qui me demande. […] Je suis habitué à ces fantaisies d’officiers. (Jean Giraudoux, Retour d’Alsace - Août 1914, 1916)
    • Dès le moment où le lieutenant entra dans la pièce, je sus ce qui m’attendait. Coupé par un immense béret, son petit visage bien rasé, triangulaire et anguleux comme celui d’un fennec, souriait. (Henri Alleg, La Question, 1957)
    • Le lieutenant n’est pas la première femme officier de la garde. Mais c’est la première fois que le régiment accueille un officier entré à l’EOGN directement après un parcours universitaire civil. Le lieutenant, tout neuf, a reçu le commandement d’un peloton, une vingtaine de cavaliers. Mercredi 19 octobre, la jeune femme dirigeait donc la “reprise des haies” de son peloton. ({nom w pc, Le “bivouac” de la lieutenante-cavalière Pelardy ne fut pas une balade, dans {w, 20 octobre 2005 )
    • Quand bien même seraient-ils cinq mille ! s'emporta le lieutenant qui, décidément, me surprenait par la hargne qu'il démontrait. On n'a point éprouvé deux jours d’emmouscaillement dans cette forêt du diable pour s'en retourner quinauds. (Camille Bouchard, Un massacre magnifique, Éditions Hurtubise, 2010, page 236)
  3. (histoire) Celui à qui le souverain déléguait dans certains cas une part de son autorité.
    • Le roi, avant de partir, nomma son frère lieutenant, lieutenant général du royaume.
  4. (Par extension) Auxiliaire.
    • Ce chef d’entreprise est bien secondé, il a de bons lieutenants.
  5. (histoire) Grade d’officiers de services civils.
    • Par exemple, les cahiers des paroisses de Dilo, Vareilles, Vaudeurs, Villechétive, élaborés sous la présidence du lieutenant en la justice de Cerisiers, Salmon de la Frenaye, sont presque absolument identiques. (Département de l'Yonne: Cahiers de doléances du bailliage de Sens pour les États généraux de 1789, édités et annotés par Charles Porée, Imprimerie coopérative ouvrière "L'Universelle", 1908, p. XXI)

traductions
traductions


Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.004
Dictionnaire Français