lueur
étymologie
Du bas latin lūcor dérivé de lucere (« luire »).

nom

SingulierPluriel
lueurlueurs

lueur \lɥœʁ\ féminin

  1. Lumière faible ou affaiblie.
    • Au jour tombant, il […] prenait un repas frugal à la clarté de la lune, ou à la lueur des étoiles. (Joachim Heinrich Campe, Le nouveau Robinson, vol.1, page 339, Le Prieur à Paris, 6e éd., 1812)
    • Le jour venait. […]. Les pailles, dont les couches épaisses recouvraient entièrement le sol de la cour, se doraient peu à peu d'un jaune pâle sous la lueur grandissante du crépuscule. (Jules Case, La Fille à Blanchard, 1886)
    • La veilleuse éclairait Carmen d’une pâle lueur rose. (Octave Mirbeau, [http://www.la-pensée-française.com/octave-mirbeau-chanson-carmen.html Contes cruels : La Chanson de Carmen (1882)])
    • C’est impossible, car le train va bientôt stopper à Ghéok-Tepé, puis à Askhabad, d’où il repartira aux premières lueurs du jour. (Jules Verne, Claudius Bombarnac, ch. VIII, J. Hetzel et Cie, Paris, 1892)
    • Seul, sur la place, le débit de tabac flamboyait, projetant dans la nuit une vaste lueur tango dont les reflets moiraient le ciment des trottoirs […]. (Francis Carco, Messieurs les vrais de vrai, Les Éditions de France, Paris, 1927)
  2. (Figuré) Légère apparence.
    • Il y a quelque lueur de raison dans ce qu’il fit.
    • Entrevoir quelque lueur de fortune.
    • Avoir une lueur d’espérance.

traductions
traductions


Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.029
Dictionnaire Français