luire
étymologie
Du latin lucere. L’ancien français luisir est le résultat normal de lūcēre, il a été remplacé par luire sous l’influence des formes du futur voir nuire, plaire, taire.

verbe

luire \lɥiʁ\ intransitif conjugaison

  1. Émettre de la lumière.
    • Le 16, le soleil luisait; mais, sur le soir, la bruine s'éleva. (Édouard Charton, Voyageurs anciens et modernes ou choix des relations des voyages, Paris : Magasin pittoresque, 1863, vol.4, p.131)
    • D'un côté se trouvait sa fenêtre ; la lumière vive du jour luisait à peine à travers les persiennes et les rideaux épais. (Jasper Kent, Douze, Bragelonne, 2011)
  2. Émettre une douce lumière.
    • […] ; les étoiles se mêlent au feuillage noir ; les lucioles luisent dans l'herbe comme un reflet des étoiles. (Alphonse Karr, Devant les tisons, Paris : Librairie nouvelle, 1857, p.238)
    1. (avec un complément indirect)
      • Je voyais à travers chacune des ses paroles les yeux noirs qui me luisaient, tout pleins de moi. (Alphonse Daudet, Le petit Chose, 1868, rééd. Le Livre de Poche, page 176)
  3. (par analogie) Jeter quelque éclat, réfléchir la lumière, en parlant des corps polis.
    • Je vois luire dans ce sable quelque chose qui ressemble à de l’or.
    • Tout luit dans cette maison, tout y est net et poli.
    • On voyait luire de loin les sabres, les cuirasses.
  4. (Figuré) Paraître comme un point lumineux dans l’esprit.
    • Il vit enfin luire quelque espoir de secours.
    • L'espoir luit comme un brin de paille dans l’étable,.. (Paul Verlaine)
traductions


Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.060
Dictionnaire Français