médecine
étymologie
Du moyen français medicine, de l'ancien français medecine, qui vient du latin medicina.

nom


médecine \med.sin\ ou \mɛd.sin\ féminin

  1. Science des maladies et art de les guérir.
    • Sa culture était pluriraciale, puisqu'une grande partie de sa littérature philosophique est l'œuvre de chrétiens et de juifs, et que ses traités de médecine et de mathématiques sont celle de Persans et d'Indiens. (Panayiotis Jerasimof Vatikiotis, L’Islam et l’État, 1987, traduction d’Odette Guitard, 1992)
    • Faire sa médecine. - Docteur, étudiant en médecine. - La Faculté, les écoles de médecine. - Des livres, des thèses de médecine. - Pratiquer, exercer la médecine.
  2. (parfois) Système médical.
    • Bien qu'il fût docteur en médecine, M. Rémusat a peu fait pour éclaircir la médecine chinoise; sans doute elle l'avait rebuté par les pratiques bizarres et superstitieuses qu'elle mêle à ses recettes. (Jean-Jacques Ampère, La Chine et les travaux d'Abel Rémusat, Revue des Deux Mondes, 1832, tome 8)
  3. Remède, sous forme liquide ou solide qu’on prend pour se purger.
    • Pour que l’apothicaire du roi fût heureux, il lui faudrait que le roi eût un estomac et délicat et fort, qu'il eût en même temps besoin de beaucoup de médecines, et qu'en même temps il pût en bien supporter l'effet , […]. (Amans-Alexis Monteil, Histoire des Français des divers états, tome II : XVe siècle, livre 2, Bruxelles : chez Wouters, Raspoer & Cie, 1843, p. 127)
    • Base d'une sorte de médecine coranique, la graine de nigelle, elle aussi recommandée par un hadith (une parole rapportée) du Prophète et réputée soulager les maux les plus divers, se décline en poudre ou en huile essentielle. (Bernadette Sauvaget, Halal est grand, dans Libération (journal), des 8 & 9 janvier 2011)
  4. (Éducation) Les études médicales.
    • […], il semble que l'on assiste à une recrudescence et un « durcissement » des bizutages, en médecine, mais plus encore dans les classes préparatoires, les écoles d'ingénieurs ou de commerce, et les IUT. (Emmanuelle Godeau, « Le baptême », chap. 3 de L’« esprit de corps »: Sexe et mort dans la formation des internes en médecine, Ethnologie de la France, n° 29, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2007, p. 95)

traductions
traductions
nom


médecine \med.sin\ ou \mɛd.sin\ féminin (pour un homme on dit : médecin)

  1. (Très rare) Variante de médecienne.
    • Il faut dire cette femme est poète, est philosophe, est médecin, est auteur, est peintre ; et non poétesse, philosophesse, médecine, autrice, peintresse, etc. (Nicolas Andry de Boisregard, 1689, cité dans {nom w pc, “Mme le Président” : l’Académie persiste et signe… mollement, dans {w, 23 octobre 2014 )
    • Mais en Angleterre, les authoress sont, la plupart du temps, des jeunes filles emportées vers la carrière littéraire par la passion des lettres, ou même simplement élevées pour écrire des livres, comme certaines Américaines pour être médecines ou avocates ({nom w pc, [http://books.google.fr/books?id=X9HnAAAAMAAJ&pg=PA190La libre parole], Librairie internationale, 1868) }{#if:{#if:| (OCLC {oclc} ↗)}}, page 190}}
    • C’est la même chose pour « médecine », qui pendant très longtemps a été utilisé pour dire « femme soignante ». ({nom w pc, “De nombreuses alternatives existent pour éviter un langage sexiste”, dans {w, 31 janvier 2019 )
    • la langue française a subi trois vagues importantes de masculinisation : une aux XIIIe-XIVe siècles, une au XVIIe siècle, et une dernière entre la fin du XIXe siècle et la moitié du suivant. C’est durant les deux dernières vagues que nombre de termes féminins couramment utilisés ont été condamnés (autrice, médecine, professeuse…), pour signaler aux femmes que ces activités étaient réservées aux hommes. {{source|Pascal
synonymes
traductions
forme fléchie

médecine \med.sin\

  1. Première personne du singulier du présent de l’indicatif de médeciner.
  2. Troisième personne du singulier du présent de l’indicatif de médeciner.
  3. Première personne du singulier du présent du subjonctif de médeciner.
  4. Troisième personne du singulier du présent du subjonctif de médeciner.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif de médeciner.



Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.065
Dictionnaire Français