méprisant
étymologie
De mépriser, avec le suffixe -ant.

adjectif

SingulierPluriel
Masculinméprisantméprisants
Fémininméprisanteméprisantes

méprisant \me.pʁi.zɑ̃\

  1. Qui marque du mépris.
    • Quoique très instruite, elle n'avoit ni les caprices, ni l’humeur qu'on attribue aux gens de lettres, qui tantôt se livrent à une loquacité importune, tantôt se renferment dans un silence méprisant. (E.-F. Lantier, Voyages d'Anténor en Grèce et en Asie, Paris : chez Belin & chez Bernard, 2e édition revue, an VI, tome 1er, page 35)
    • Vous avez, docteur, de bien curieuses fréquentations, dit-il d'un ton un peu méprisant, un représentant de ces mauvais moines adorateurs du démon ! Que les Chinois sérieux estiment un peu plus qu'un soldat, mais un peu moins qu'une prostituée ! (Albert Gervais, Æsculape dans la Chine en révolte, Gallimard, 1953, p.30)
    • Monsieur Saito lut mon travail, poussa un petit cri méprisant et le déchira: [...]. (Amélie Nothomb, Stupeur et tremblements, Éditions Albin Michel S.A., 1999, p. 10)

traductions
forme fléchie

méprisant \me.pʁi.zɑ̃\

  1. Participe présent du verbe mépriser.
    • Quelle catin! et il éprouvait un furieux besoin de se venger d'elle, sans motif, en la méprisant. (Émile Zola, Germinal, 1885)



Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.031
Dictionnaire Français