maîtresse
étymologie
(XIVe siècle) Du latin magister, ancien français maistresse.  Composé de maître et de -esse.

nom

SingulierPluriel
maîtressemaîtresses

maîtresse \mɛ.tʁɛs\ féminin (pour un homme on dit : maître) (orthographe traditionnelle)

  1. Femme ou entité qui domine, dirige, possède.
    • À quoi songes-tu donc ? s’informa la maîtresse du logis, surprise de l’inattention qu’elle lisait dans les yeux de l’artiste. (Francis Carco, L’Homme de minuit, Éditions Albin Michel, Paris, 1938)
  2. (En particulier) La propriétaire d’un animal domestique.
    • La maîtresse d’un chat, d’un chien, etc. :
  3. (Éducation) Femme qui enseigne, surtout aux enfants.
    • […], nous arrivions en classe la bouche en feu et les larmes aux yeux, tant le piment était fort. Cela consternait la maîtresse de français, qui ne voyait pas quel plaisir nous pouvions y trouver. (Françoise Vergès, À vos mangues !, traduction de Dominique Malaquais, dans Politique africaine, 2005/4, n° 100, p. 315)
  4. (familier) Amante, partenaire sexuelle en dehors du mariage.
    • C’était un amant qui allait s’instruire de son sort à la cabane de sa maîtresse. (François-René de Chateaubriand, Atala, ou Les Amours de deux sauvages dans le désert)
    • Encore ! s’écria Alice. Vous ne plaisez donc qu’à des types mariés vous deux ? Et tu es sa maîtresse naturellement ! (Colette ; Le Toutounier, 1939)
    • Je savais aussi qu’il y avait des abonnés qui avaient droit au foyer et que nombre de ces abonnés avaient pour « maîtresses » (mot que j’ai toujours abhorré parce qu’il me fait penser à « maîtresse d’école ») des danseuses. (Michel Leiris, L’âge d’homme, 1939, collection Folio, page 45.)
    • Mais la maîtresse de nos jours ne se contente plus du flan et de la galette ; quand elle accroche un fils de bourgeois, elle exige de la soie, des fourrures et du palissandre. (Paul Lafargue, « Sapho », paru dans Le Socialiste, 2 janvier 1886)
    • Cette gentillesse qui abrégeait les formes et supprimait les fadaises ridicules que tout garçon se croit tenu de débiter à la belle fille dont il essaie de faire sa maîtresse, m’avait séduit. (Francis Carco, Messieurs les vrais de vrai, Les Éditions de France, Paris, 1927)
    • Les négociants en ânes qui vivaient hors de chez eux à longueur de temps et étaient absents huit à neuf mois dans l'année ne pouvaient éviter d'avoir une maîtresse quelque part. (Liu Zhenyun , En un mot comme en mille, traduit du chinois par Isabelle Bijon & Wang Jiann-Yuh, Éditions Gallimard, 2013, chap. 2)
synonymes
traductions
  • anglais : mistress
  • russe : хозяйка

traductions
traductions
  • anglais : mistress
  • russe : любовница, фаворитка

forme fléchie

SingulierPluriel
Masculinmaître
\mɛtʁ\
maîtres
\mɛtʁ\
Fémininmaîtresse
\mɛ.tʁɛs\
maîtresses
\mɛ.tʁɛs\

maîtresse \mɛ.tʁɛs\

  1. Féminin singulier de maître.
    • Or, si Pline revenait en ce monde, il verrait la chirurgie maîtresse de ces trois maux, tailler ou lithotritier les calculeux, réséquer ou gastro-entérostomiser les ulcères de l’estomac et attaquer, en plein crâne, la névralgie trifaciale. (L’euthanasie en France au début du XXe siècle : quelques réflexions d’époque)
    • Œuvre, pensée, qualité maîtresse : œuvre, pensée, qualité principale



Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.010
Dictionnaire Français