masculiniser
étymologie
voir masculin, -iser.
  • Pourquoi les filles masculinisantes, comme dit Hippocrate, c’est à dire qui sont de nature forte et virile… (Ambroise Paré, XVIII, 64 — cité par Littré)

verbe

masculiniser \ma.sky.li.ni.ze\ transitif conjugaison

  1. (grammaire) Rendre du genre masculin.
    • Il y a deux genres, le genre noble, pour les hommes, et le genre non noble, pour les femmes et les animaux mâles ou femelles. En disant d'un lâche qu'il est une femme, on masculinise le mot femme; en disant d'une femme qu'elle est un homme, on féminise le mot homme. (Chateaubriand, « Langues indiennes », dans Voyage en Amérique, 1826, en recueil dans les Œuvres complètes de Chateaubriand, tome 2 , Paris : chez Lefèvre, 1836, page 72)
    • Plus généralement, la presse féminine l’emporte, et c'est bien ce que constateront en 1864 les rédacteurs du Polichinel, journal des jeunes garçons (Philibert Audebrand, Victor Meunier, Louis Enault, etc.) qui masculiniseront le nom de Polichinelle, observant qu'il existe depuis longtemps une presse enfantine mais pas de publication pour les garçons : « […] ». (Francis Marcoin, Librairie de jeunesse et littérature industrielle au XIXe siècle, Librairie Champion, 2006, p. 346)
    • On les voit ainsi rejouer quasiment mot pour mot des séquences de C’est mon choix que l’on espérerait parodiques. “J’ai juste masculinisé les répliques, mais sinon on les a reprises telles quelles”, décrit Pomme, citant des questions comme “Allez-vous faire l’opération?”. (Rozenn Le Carboulec, « Pirates, la compagnie de théâtre en non-mixité trans », le 17 mars 2020, sur le site ChEEk magazine (https:/cheekmagazine.fr))
  2. (biologie) Muter vers sexe masculin.
    • De même, spontanément, les OGE vont évoluer dans le sens féminin : ils ne se masculiniseront qu'en présence de dihydrotestostérone, provenant de la transformation de la testostérone par la 5α-réductase. (Sylvie Manouvrier-Hanu, « Faire un garçon ou une fille : mécanismes et gènes impliqués dans le déterminisme du sexe et de la différenciation sexuelle », dans Endocrinologie en gynécologie et obstétrique, coordonné par Brigitte Letombe, ‎Sophie Catteau-Jonard, ‎Geoffroy Robin, Éditions Elsevier Masson, 2012, page 5)
    • En résumé, bien que toutes les hormones soient présentes en concentrations normales chez les individus AIS masculins, la testostérone est complètement incapable d'agir et de masculiniser les embryons. (Jacques Balthazart, Biologie de l'homosexualité: On naît homosexuel, on ne choisit pas de l'être, Bruxelles : Éditions Mardaga, 2013)
    • La transsexuelle dispose de toutes les spécificités mentales qui déterminent la femme, elle se comporte comme telle pendant que son corps se masculinise obstinément. (Sophie Simon, Un sujet de conversation, Éditions Stock, 2004, chap. 12)
  3. (vieux) Donner un aspect considéré socialement comme masculin.
    • Rien de plus touchant que le rôle entier de la jeune Worthy ; […] ; elle n'a jamais ces emportemens ridicules qui défigurent aujourd'hui et masculinisent, si l'on me permet de le dire, la plupart des femmes qu'on introduit sur la scène; elles sont raisonneuses, colères, pédantes, des espèces de Philosophes; […]. (« Lettre XI : Le Vindicatif, Drame en cinq Actes & en Vers libres, par M. Dudoyer; […] », dans L'Année littéraire : année m.ccc.lxxiv, par M. Fréron, tome 4, Paris : chez Le Jay, 1774, p. 263)
  4. (vieux) (pronominal) Prendre un comportement considéré socialement comme masculin.
    • D'une part, le mariage sera plus heureux, parce que les éléments réfractaires à la discipline conjugale se masculiniseront dans un célibat laborieux. (François Renié, Paradoxes sur le Féminisme, dans la La Revue critique des idées et des livres, n° 66 du 10 janvier 1911, en recueil vol. 12, 1911, p. 65)
antonymes
traductions


Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.004
Dictionnaire Français