merde
étymologie
Du latin merda, de même sens.
(Interjection) (Théâtre) Lorsqu’une pièce avait du succès, les attelages stationnant derrière le théâtre laissaient une quantité de crottin importante ; souhaiter beaucoup de « merde » revenait donc à souhaiter du succès à la représentation de l’acteur.

nom

SingulierPluriel
merdemerdes

merde \mɛʁd\ féminin

  1. (vulgaire) Excrément de personne ou d’animal.
    • Ce pourquoi à tout, on préférait la merde du jeune homme sain — et parfois même celle, connue sous le nom de méconium, qui résultait de « la première déjection que font les enfants après leur naissance » — jusqu’à asservir un homme spécialement à cet office […] (Dominique Laporte, Histoire de la merde, 1978, ISBN 2267017016, page 90)
    • Ici, cependant, la merde est un objet de culte. La patine n'est pas autre chose qu'une cochonnerie que le temps accumule sur les immeubles, sur les objets, sur les meubles, etc. (Salvador Dalí, Oui: La révolution paranoïaque-critique, tome 1, Éditions Denoël/Gonthier, 1979, page 76)
    • Jamais la rancœur d’être seule à nourrir et torcher, la merde partagée c’est moins de la merde. Des fois ça ressemblait à l’amour. (Annie Ernaux, La femme gelée, 1981, réédition Quarto Gallimard, page 409)
    • J'avais donc la puce aux narines en entrouvrant la porte, et ne fus pas si surpris de libérer à la vue ainsi qu'à l'odorat ce spectacle sidérant, […] : l'appartement était recouvert de merde, de merde de poulet, ou plus exactement de merde de chien à base de poulet, sur l'entière surface des sols et sur toute la base des murs. De plus, il ne s'agissait nullement de crotte mais bien de merde, lourde, gluante, épaisse, en grande quantité […]. (Jordan Diowe, Le Rêve aux loups, Éditions Edilivre, 2014, page 115)
  2. (vulgaire) Chose sans valeur ; objet de mauvaise qualité.
    • De plus, son poème était une merde. Non, ce n'était pas une merde. Ou peut-être que c'était une merde, mais il fallait qu'il l'écrive. (Antonio Caballero, Un mal sans remède, Place des éditeurs, 2010)
  3. (vulgaire) (injurieux) Personne méprisable, sans valeur.
    • Tu es une vraie merde.
    • Petite merde !
  4. (vulgaire) Situation inextricable.
    • C'était vraiment la merde pour moi, j'aurais pu aller en prison. Mais le procureur a passé un marché avec mon avocat. Ils m'ont donné une seconde chance. Je me suis promis que je ne la gâcherais pas, […]. Laura Griffin, Secrets en série, éd. J'ai Lu, 2015
  5. (vulgaire) Fait désagréable, incommodité, incident de la vie.
    • ''Une présentatrice se matérialise dans la chambre. Tout d’abord translucide comme un voile, elle devient de plus en plus nette./>— Bonsoir. Voici les nouvelles !/>Elle n’annonce que des merdes ultra-pessimistes. Au moins une qui ne déçoit pas Mishima. (Jean Teulé, Le Magasin des suicides'', Julliard, 2007, p. 129)

    • Tous aux abris ! Jacques Chirac en avait fait une philosophie prudentissime de l’action politique : « Les merdes, disait l’ancien président, volent en escadrille ». (Nicolas Domenach, « Les m… volent toujours en escadrille », www.marianne.fr, 21 février 2008)
    • Il m’est arrivé une merde.
synonymes
traductions
traductions
traductions
interjection

merde \mɛʁd\ invariable

  1. (vulgaire) Exclamation de colère, d’irritation ou de surprise.
    • Il vente, il pleut des hallebardes : / Merde ! c'est encore l'hiver. (Raoul Ponchon, in Le Courrier Français, 19 mars 1891)
    • Je reçus d’elle, sitôt après, une lettre enthousiaste, […] où il est question de ma séduction, de mon charme secret, etc. J’aurais dit « merde », qu’elle l’aurait trouvé divin. (André Gide, Journal 1889-1939, Bibliothèque de la Pléiade, Éditions Gallimard, 1951, p. 306)
    • Amène-toi morveux : on est grands, merde aux gniards. Ça te travaille pas, la glande, momichon ? Ça va le faire. Ça vient, a pas peur. (Christian Prigent, Les Enfances Chino, éd. P.O.L., 2013)
  2. (Théâtre) (familier) Vœu de bonne chance à un acteur de théâtre avant qu’il n’entre en scène.
    • Vas-y, je te dis merde.
    • Il est temps d’y aller. Merde.
  3. (Par extension) (familier) Vœu de bonne chance à une personne avant qu’elle ne passe une épreuve (souhaiter bonne chance étant supposé porter malheur).
    • Au fait : merde pour le bac.
synonymes

Exclamation (1) : voir sacrebleu#Synonymes


traductions
traductions
  • anglais : break a leg
  • russe : ни пуха ни пера

forme fléchie

merde \mɛʁd\

  1. Première personne du singulier du présent de l’indicatif de merder.
  2. Troisième personne du singulier du présent de l’indicatif de merder.
  3. Première personne du singulier du présent du subjonctif de merder.
  4. Troisième personne du singulier du présent du subjonctif de merder.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif présent de merder.



Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.006
Dictionnaire Français