mince
étymologie
Déverbal de fr dérivé du latin minutiare, de minutus (« petit, menu »). Le latin médiéval avait minuta (« petite monnaie »).
Apparait avec le sens de « pièce de monnaie valant un demi-denier » ; terme argotique qui désigne encore l’argent ; « dénué d’argent » ; « de peu d’épaisseur » ; « grêle, peu épais de taille » ; « de peu d’importance » ; interjection.

adjectif

SingulierPluriel
minceminces

mince \mɛ̃s\ masculin et féminin identiques

  1. Qui a peu d’épaisseur.
    • Les betteraves, après avoir été lavées, sont découpées en cossettes très minces par un coupe-racines. (Edmond Nivoit, Notions élémentaires sur l’industrie dans le département des Ardennes, E. Jolly, Charleville, 1869, page 144)
    • Le reste du visage se composait d’un teint rosé, d’une lèvre mince, surmontée d’une moustache fauve et de dents admirables. (Alexandre Dumas, La Reine Margot, 1845, volume I, chapitre IV)
    • Mme Chappaz jeta dans la poêle pleine d’huile bouillante les pommes de terre coupées en tranches minces. (Charles Ferdinand Ramuz, Adam et Ève, L’Âge d’Homme, 1978, page 9)
  2. Svelte, élancé, pas gros.
    • La petite, qui roulait sur ses vingt ans, était aguichante au possible, mince et rembourrée, les yeux clairs, mouillés de candeur vicieuse. (Victor Méric, Les Compagnons de l’Escopette ↗, Éditions de l’Épi, Paris, 1930, page 30)
    • C’est un long vieillard, mince comme un baliveau, un peu courbé par une bonne septantaine d’ans. (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)
    • Il était de taille moyenne, plutôt mince. (Laure Nillus, Le sourire évanoui, in Nouvelles policières, éditions Balthazar, avril 2003)
  3. (Figuré) Qui est faible, peu considérable, médiocre.
    • Le ressac était trop fort sur la plage de galets et aurait vite mis en pièces mon mince canot de toile. (Alain Gerbault, À la poursuite du soleil, tome 1 : De New-York à Tahiti, 1929)
    • Une petite pluie mince et tenace dégoulinait sans arrêt depuis la veille. (Victor Méric, Les Compagnons de l’Escopette ↗, Éditions de l’Épi, Paris, 1930, page 9)
    • Le dirigeant pensait pouvoir tirer un bénéfice d’avoir réussi à éviter le retour d’une frontière dure sur l’île, entre République d’Irlande et Irlande du Nord. Mais ses chances de conserver son siège paraissent minces. (Les Irlandais se rendent aux urnes, prêts à tourner la page du Brexit)
    • Il ne reste qu’un bien mince espoir de sauver ce malade.
    • C’est un bien mince personnage, il est de peu de considération, de peu d’autorité.
    • Ce n'est pas une mince affaire !

traductions
traductions
traductions
interjection

mince

  1. (Par euphémisme) Formule d’évitement de « merde ! ».
    • Oh mince ! On a oublié la bouteille à la maison.
    • Mince ! avait-elle prononcé. Je comprends que vous ne rigoliez pas si vous lisez toujours des livres pareils. (Georges Simenon, Le Blanc à lunettes, ch. I ↗, Gallimard, 1937)
forme fléchie

mince \mɛ̃s\

  1. Première personne du singulier de l’indicatif présent de mincer.
  2. Troisième personne du singulier de l’indicatif présent de mincer.
  3. Première personne du singulier du subjonctif présent de mincer.
  4. Troisième personne du singulier du subjonctif présent de mincer.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif de mincer.



Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.009
Dictionnaire Français