monotone
étymologie
(1732) Du latin monotonus, lui-même du grec ancien μονότονος.

adjectif

SingulierPluriel
monotonemonotones

monotone \mɔ.nɔ.tɔn\ masculin et féminin identiques

  1. Qui est toujours sur le même ton, qui n’est pas varié dans ses intonations ou dans ses inflexions.
    • Les cris des coqs, les sabots des ânes poussés par l’encouragement sonore et monotone des paysans, réveillèrent Elhamy le lendemain. (Out-el-Kouloub, Zaheira, dans « Trois contes de l’Amour et de la Mort », 1940)
  2. (Par extension) Qualifie un orateur dont le débit n’est pas varié.
  3. (Figuré) Qualifie des choses qui sont uniformes, qui manquent de variété.
    • La région que nous parcourons est une vaste plaine monotone, sans arbres et presque sans reliefs, qui s'élève insensiblement à fur et à mesure que nous avançons. (Frédéric Weisgerber, Trois mois de campagne au Maroc : étude géographique de la région parcourue, Paris : Ernest Leroux, 1904, p. 36)
    • A la même époque, Malcolm Flemyng, médecin à Édimbourg, recommande lui aussi, en 1760, de manger avec frugalité, de préférence une alimentation monotone, riche en légumes, racines et verdure, mais sans adjonction de beurre, […]. (Gérard Apfeldorfer, Maigrir, c'est fou !, Éditions Odile Jacob, 2000, 2006)
  4. (Mathématiques) Qualifie une fonction à une seule variable, continue et uniquement croissante ou décroissante dans un intervalle donné.
    • Une fonction continue et strictement monotone sur [a, b] est inversible. (P. Thuillier & J.-C. Belloc, Mathématiques, T. 1 : Analyse, 1971, p. 57)
    • L’inégalité T > 0 provient de l’hypothèse de croissance monotone de l'entropie avec l'énergie interne (Callen, 1985). (Vincent Honorat, Analyse thermomécanique par mesure des champs élastomères, thèse de doctorat, Université de Montpellier II, janvier 2006, p.79)

traductions


Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.107
Dictionnaire Français