monture
étymologie
(1360) Dérivé de monter avec le suffixe -ure.

nom

SingulierPluriel
monturemontures

monture \mɔ̃.tyʁ\ féminin

  1. Animal (cheval, âne, mulet, etc.) que l’on monte.
    • Quant aux montures destinées au service des voyageurs, c’étaient de ces petits chevaux de race espagnole, noirs ou grisâtres de robe, […] bêtes douces et courageuses qui sont fort estimées. (Jules Verne, Aventures de trois Russes et de trois Anglais, 1872)
    • À peine nos montures avaient-elles un assez large espace pour marcher deux de front. (Alexandre Dumas, Les Mille et Un Fantômes)
    • Nous avions combattu et couru toute la journée. Faits prisonniers par les dragons prussiens, nous avions été emmenés jusqu'à Vrigne-aux-Bois au grand trot de nos montures. (Victor Thiéry, Après la défaite : Souvenirs et impressions d'un prisonnier de guerre en Allemagne, Paris : chez Frinzine, Klein & Cie, 1884, p. 17)
    • Parfois les rênes s'échappent de nos doigts engourdis, et nos montures aveuglées, tournant le dos à la tempête, refusent d'avancer. Nous les laissons souffler un instant, puis reprenons notre course muette et aveugle. (Frédéric Weisgerber, Trois mois de campagne au Maroc : étude géographique de la région parcourue, Paris : Ernest Leroux, 1904, p. 36)
    • Accompagné de trois cavaliers, il approchait de Troyes : avec sa monture, il y avait donc quatre chevaux. (Léon Berman, Histoire des Juifs de France des origines à nos jours, 1937)
    • (Figuré)Vers le sud, à cent mètres environ au-dessus des eaux, chevauchant, telles des Valkyries, les étranges montures dont la mécanique européenne avait été l’inspiratrice, les Japonais s’avançaient sur leurs monoplans rouges. (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, page 312 de l’éd. de 1921)
  2. (arts) Action de monter un objet, un outil, un bijou ; résultat de cette action.
  3. (Par extension) Travail de l’ouvrier qui l’a monté.
    • La monture de cet éventail, de ce bijou a été exécutée avec goût. Il en a coûté tant pour la monture.
  4. Ce qui sert à assembler, à supporter, à fixer la partie ou les parties principales d’un objet, d’un outil.
    • La monture d’une scie, d’un télescope.
    1. (En particulier) Métal employé pour assembler, réunir, encadrer les différentes pièces dont se forment une tabatière, un étui, un vase, un bijou quelconque.
      • Une monture de vermeil, d’or, d’argent. La monture d’une bague.
    2. (En particulier) Partie des lunettes qui maintient les verres.
      • Par une fenêtre ouverte, elle aperçut un piano sur lequel jouaient à quatre mains deux filles portant les mêmes lunettes à monture d’écaille. (Jane Thynne, Le jardin d'hiver, traduit de l'anglais (Royaume-Uni) par Sophie Bastide-Foltz, Éditions JC Lattès, 2016, chap. 4)

traductions
  • anglais : mount (vieilli), riding animal

traductions
traductions
traductions
traductions


Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.019
Dictionnaire Français