moral
étymologie
Du latin moralis.

adjectif

SingulierPluriel
Masculinmoralmoraux
Fémininmoralemorales

moral \mɔ.ʁal\

  1. Qui concerne les mœurs.
    • La lutte des intérêts matériels et des principes moraux, de l'utilité et du devoir, du matérialisme et du spiritualisme, se représente ici avec une nouvelle force, et sous un point de vue encore plus important. (Pellegrino Rossi, Traité de droit pénal, 1829, p. 180)
    • Cependant les femmes de Lima gouvernent les hommes parce qu’elles leur sont bien supérieures en intelligence et en force morale. (Flora Tristan; Les Femmes de Lima, dans Revue de Paris, tome 32, 1836)
  2. (philosophie) Relatif au sens du bien et du mal.
    • La grande question morale, posée par Platon dans son Tartuffe athénien (l'Euthyphron) : « Sans Justice, peut-il avoir de sainteté ? » (Jules Michelet, Du prêtre, de la femme, de la famille, 3e éd., Hachette & Paulin, 1845, p.114)
    • Kant disait que les deux choses les plus sublimes du monde sont le ciel étoilé au-dessus de nos têtes et la loi morale au fond de notre cœur. (Pierre Rousseau, La Terre, ma Patrie, collection "Savoir', librairie Arthème Fayard, 1947, p. 351)
  3. Qui a des mœurs, qui a des principes et une conduite conforme à la morale.
    • Cet homme, qui passait pour fort moral, n’était qu’un hypocrite.
  4. Qui est conforme aux bonnes mœurs.
    • Ce livre, ce récit est très moral.
  5. Qui ne tombe pas sous les sens. Dans cette acception, il est opposé à physique.
    • Le monde moral.
    • causes morales.
    • preuves morales.
    • sciences morales.
    • Malgré l’affaiblissement de ses forces physiques, ses forces morales, ses facultés morales n’ont rien perdu de leur énergie.
    • Souvent on supporte plus facilement le mal physique que le mal moral.
    • Ce mot s’emploie au sens moral dans beaucoup d’acceptions.
    • Certitude morale, Certitude fondée sur de fortes probabilités. Il est opposé à certitude matérielle.
    • Nous n’en avons point la preuve matérielle, mais nous en avons la certitude morale.
  6. (religion) Qui a pour principe les seules lumières de la raison, par opposition à surnaturel.
    • vertus morales.
    • S’il n’eut pas les vertus chrétiennes, il eut du moins les vertus morales.
  7. (droit) Se dit d'une assemblée ou d'un groupement qui a la capacité à ester en justice.
synonymes antonymes
traductions
nom

SingulierPluriel
moralmorals

moral \mɔ.ʁal\ masculin

  1. (Au singulier) (rare) Ce qui transcende la morale.
    • Le professeur Durkheim disait dernièrement à la Société française de philosophie (11 février 1906) qu'on ne saurait supprimer le sacré dans le moral et que ce qui caractérise le sacré est d'être incommensurable avec les autres valeurs humaines ; […]. (Georges Sorel, Réflexions sur la violence, Chap.VI, La moralité de la violence, 1908, p.296)
  2. Ensemble de nos facultés morales.
    • Le physique influe beaucoup sur le moral, et le moral sur le physique.
    • Il est mieux partagé au physique qu’au moral.
    • Cet homme est bien malade, le moral même est affecté.
  3. État d’esprit, dispositions, sentiments positifs.
    • Je n'ai pas le moral.
    • Le moral des troupes était excellent.
  4. (Économie) Indicateur conjoncturel permettant d'évaluer l'opinion des ménages sur leur environnement économique, leurs comportements de consommation et leurs perspectives d'épargne.
    • Le moral des Français
    • Le moral des ménages
    • C'est quelque peu inattendu, mais le moral des Français est en nette hausse. Les ménages s'orientent davantage vers la consommation, estimant que leur niveau de vie s'est amélioré.(Le moral des Français au plus haut depuis huit ans, Groupe La Dépêche, 27.09.2015)

traductions


Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.068
Dictionnaire Français