moucher
étymologie
Du latin tardif muccare dérivé de ''muccus (« morve »).
Le sens de « remettre à sa place » correspond à moquer#fr|moquer.

verbe

moucher \mu.ʃe\ transitif pronominal conjugaison (pronominal : se moucher)

  1. Souffler par les narines pour en faire sortir les mucosités.
    • Il toussait, se raclait la gorge, se mouchait en trompette, […] (Marcel Pagnol, Le temps des secrets, 1960, collection Le Livre de Poche, page 327)
    • Les deux se sont rapprochées de moi pour me convertir, mais un sale gamin, habillé en petit poulbot, est venu se faire moucher par sa maman. (Étienne Liebig, Comment draguer la militante, La Musardine, 2012)
    • (pronominal)[…] ; j’ai un faible pour la délicatesse ! La preuve ? Vous ne me verrez jamais me moucher dans les rideaux de votre salon […]. (Frédéric Dard, San Antonio : Du mouron à se faire, Fleuve noir, 1955)
    • Dans ce cas ([…]), il la traitait de gourde. Si son trou de balle lui tombait du cul, disait-il, elle ne saurait même pas où le chercher. Si la cervelle était de la poudre à canon, elle ne pourrait pas se moucher sans risquer l'explosion. (Stephen King, Bazaar, trad. de l'anglais par William Desmond, éd. Albin Michel, 1992, Dixième chapitre)
    • Moucher du sang, rendre du sang par le nez en se mouchant.
    • Se moucher fréquemment, bruyamment. Si cet enfant pouvait moucher, il serait soulagé. Il ne mouche presque point.
    • C’est un homme qui ne se mouche pas du pied, c’est un homme qui a de grandes prétentions.
    • Il ne se mouche pas du coude avec une saucisse, c’est un homme qui ne s’embête pas.
  2. Ôter le bout du lumignon d’une chandelle, d’une bougie, d’une lampe, lorsqu’il empêche celle-ci de bien éclairer.
    • Le nain moucha la bougie de sa lanterne, et l’arquebusier distingua des traits ridés et amaigris, des yeux brillants de malice et une barbe blanche de givre. (Aloysius Bertrand, Gaspard de la nuit, 1842)
    • Elle mouchait la chandelle qui clairait sur le bord de l’évier, quand la porte s’ouvrit. (Louis Pergaud, Le retour, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
    • La foule maintenant envahit la rue. La procession est au dernier reposoir. Dans quelques minutes, elle sera là. Vivement Ernestine mouche ses bougies. (Germaine Acremant, Ces dames aux chapeaux verts, Plon, 1922, collection Le Livre de Poche, page 237.)
  3. Éteindre une chandelle en pinçant la flamme.
    • Marchand aide l’Empereur à se coucher et sort de la chambre en mouchant les chandelles. C’est la nuit. (Marie La Palme Reyes, L’Acte manqué ou L’Empereur et le Loup de Mer, 2005)
    • Il est possible de moucher la flamme, en pinçant la mèche entre 2 doigts, empêchant ainsi la combustion. (Comment est fabriquée une bougie végétale - Bougie-Bougies.com)
  4. (Figuré) (France) (populaire) Dire son fait à quelqu’un.
    • Je l’ai mouché.
    • Il s’est fait moucher.
    • Ce n’est tout de même pas de notre faute, si l’Adélaïde vous a mouché ce matin, et si le curé vous a engueulé. (Marcel Aymé, La jument verte, Gallimard, 1933, collection Le Livre de Poche, pages 250-251.)
    • Je suis mouchée, mais héroïque aux yeux des miens. (Marie de Gandt, Sous la plume. Petite exploration du pouvoir politique, Paris, Éditions Robert Laffont, 2013, page 27)

traductions


Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.030
Dictionnaire Français