musulman
étymologie
(1551) Première attestation sous la forme Montssolimans avec le sens de « adeptes de l'Islam » (Négociations de la France dans le Levant, t. 2, p.159 ds Fonds Barbier) ; (1553) Mussulmans, id. ; (1562) Musulman. Du Turc ottoman مسلمان et, plus avant, via le persan, de l’arabe مسلم.

adjectif

SingulierPluriel
Masculinmusulmanmusulmans
Fémininmusulmanemusulmanes

musulman \my.zyl.mɑ̃\

  1. (Religion) Relatif à la religion instaurée par Mahomet.
    • La période de l’entre-deux-guerres fut pourtant dominée, en pays musulmans, par la suprématie politique d’élites dirigeantes laïques visant à promouvoir une idéologie politique séculière, le nationalisme. (Panayiotis Jerasimof Vatikiotis, L’Islam et l’État, 1987, traduction d’Odette Guitard, 1992)
    • Depuis fort longtemps, « on » oppose le Christianisme à l’Islam ! Depuis fort longtemps, « on » arbore les valeurs chrétiennes comme supérieures aux valeurs musulmanes en omettant sciemment les legs de ces dernières aux premières. (Nas E. Boutammina, Sociologie du Français musulman : Perspectives d’avenir ?, BoD/Books on Demand, 2017, p. 27)
synonymes
traductions
nom

SingulierPluriel
musulmanmusulmans

musulman \my.zyl.mɑ̃\ masculin (pour une femme on dit : musulmane)

  1. (Religion) Adepte de la religion instaurée par Mahomet.
    • Messire Franklin, répondit le templier, mes esclaves sarrasins sont de vrais musulmans, et il leur répugne autant qu’à tout chrétien d’avoir aucune communication avec un juif. (Walter Scott, Ivanhoé, ch. V, traduit de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)
    • Beaucoup de personnes la croyaient une musulmane, une Turque, ce qui ajoutait à la poésie de son établissement, situé au bord de l'eau, derrière le rempart. (Flaubert, L'Éducation sentimentale, 1869)
    • On peut avoir plusieurs épouses, comme les patriarches, les mormons, les musulmans et néanmoins être honnête homme ! (Flaubert, Bouvard et Pécuchet, 1881)
    • Homme intelligent et sympathique, d'un commerce agréable, musulman convaincu mais tolérant, c'est un des rares Marocains qui ont tiré un profit réel de leur séjour en Europe. (Frédéric Weisgerber, Trois mois de campagne au Maroc : étude géographique de la région parcourue, Paris : Ernest Leroux, 1904, p. 96)
    • Or j’eus comme voisin de lit un aumônier du genre fier et silencieux, qui s’équipait en musulman pour les tirailleurs marocains. Le croissant sur son calot était un beau sujet de plaisanterie. (Alain, Souvenirs de guerre, page 43, Hartmann, 1937)
    • Je compte parmi mes amis de très nombreux Musulmans et Musulmanes, appartenant aux niveaux et aux milieux les plus divers, et je puis vous assurer qu’un intellectuel musulman, et musulman convaincu - professeur, médecin, avocat, instituteur - a une attitude religieuse plus proche de celle d’un intellectuel chrétien que de celle d’un illettré de son pays. Et inversement. (Germaine Tillon, L’Algérie en 1957, 1957)
    • On ne peut pas honnêtement ignorer un conflit […] entre hérétiques alaouites et musulmans strictement orthodoxes ou sunnites, en Syrie, sous le régime du président Hafiz al-Asad. (Panayiotis Jerasimof Vatikiotis, L’Islam et l’État, 1987, traduction d’Odette Guitard, 1992)
synonymes
traductions


Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.019
Dictionnaire Français