navrer
étymologie
Voir l’ancien français navrer.

verbe

navrer \nɑ.vʁe\ ou \na.vʁe\ transitif conjugaison

  1. (vieux) Blesser.
    • — Moussu lou Baron! cria-t-il. Un des nôtres est durement navré d'une arquebusade! (Robert Merle, Fortune de France, XI., 1977)
  2. Causer une grande peine, une extrême affliction.
    • Le sang coule à flots. Le gémissement des blessés, le murmure étouffé de ceux qui s’efforcent de se dégager de cette mêlée de mort et de mourants, navrent le cœur du soldat, auteur innocent de ce massacre. (Alfred Barbou ↗, Les Trois Républiques françaises ↗, A. Duquesne, 1879)
    • En m’apprenant cette nouvelle, vous m’avez navré.
    • J’en suis navré.
    • J’en ai le cœur navré.
  3. Contrarier, fâcher quelqu’un.
    • L’interruption de Juve navra M. Havard qui comptait produire sur le célèbre inspecteur une formidable impression. (Pierre Souvestre et Marcel Allain, Fantômas, 1912, Éditions Robert Laffont, Bouquins, tome 5, page 957)
  4. (Ancien québécois) Avoir la respiration gênée par un fluide qui provoque un commencement de suffocation.
    • Tu vois bien que le petit est navré, cogne-lui dans le dos pour le faire revenir. (Narcisse-Eutrope Dionne, Le Parler populaire des Canadiens français, Laflamme & Proux, 1909)
synonymes
traductions


Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.019
Dictionnaire Français