nouvelle
étymologie
(Fait nouveau) (XIIIe siècle) Du latin populaire novella, du pluriel pour « choses récentes ». (XIe siècle) novele.
(Genre littéraire) (XVe siècle) De l’italien novella.

nom

SingulierPluriel
nouvellenouvelles

nouvelle \nu.vɛl\ féminin

  1. (Littérature) Genre littéraire basé sur un récit de fiction habituellement court, en prose, centré sur un seul événement, laissant peu de répit au lecteur et dont la chute est souvent surprenante.
    • […], il en est un que Poe affectionne particulièrement, c'est la Nouvelle. Elle a sur le roman à vastes proportions cet immense avantage que sa brièveté ajoute à l'intensité de l'effet. Cette lecture, qui peut être accomplie tout d'une haleine, laisse dans l'esprit un souvenir bien plus puissant qu'une lecture brisée, interrompue souvent par le tracas des affaires et le soin des intérêts mondains. (Charles Baudelaire, Notes nouvelles sur Edgar Poe, p. xvi, dans les Nouvelles histoires extraordinaires, par Edgar Poe, Paris : chez Michel Lévy, 1857)
    • La nouvelle, c’est une nuit dans un motel américain. (Paul Morand, Le Prisonnier de Cintra)
    • Le recueil fut prêt en 1941, toutes les nouvelles et les novellas ayant été traduites par d'éminents écrivains italiens tels que Cesare Pavese (1908-1950), Alberto Moravia (1907-1989) et Eugenio Montale (1896-1981). (Les traducteurs, acteurs sur la scène du pouvoir, chap. 5 de Les traducteurs dans l'histoire, ouvrage collectif sous la direction de Jean Delisle & Judith Woodsworth, Presses de l'Université d'Ottawa/Éditions UNESCO, 1995, p. 150)
    • Si le conte ressortit à l’oralité, la nouvelle, elle, est faite pour être lue. Comme son nom l’indique, elle ressemble aux nouvelles du journal. D’ailleurs, c’est un genre réaliste, souvent sombre, brutal, pessimiste. (Michel Tournier, Raconte-moi une histoire…, dans Les vertes lectures, collection Folio, 2007, page 23)
  2. Fait nouveau dont on est informé ; annonce d’une chose arrivée récemment.
    • Lorsqu'une bande de baleines est signalée, la nouvelle se répand aussitôt dans tout l'archipel au moyen de feux allumés sur les montagnes ; […]. (Jules Leclercq, La Terre de glace, Féroë, Islande, les geysers, le mont Hékla, Paris : E. Plon & Cie, 1883, p.37)
    • Le télégraphe venait d’apporter la nouvelle que l’Assemblée nationale avait adopté les préliminaires de la paix […] (Charles Le Goffic, Le Biniou du mobilisé (1871), dans Bourguignottes et pompons rouges, 1916, p. 233)
    • La nouvelle était montée de la Vallée comme un influenza et les griveleux ne doutaient ni de sa vérité, ni de l’hostilité qu’on leur vouait. (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)
  3. (En particulier) Information donnée par un média (journal, radio, télévision, etc.)
    • Ils peuvent se réjouir, tous ces journalistes qui annoncent de fausses nouvelles. […]. Ils font la course au sensationnel et pissent de la ligne pour remplir du papier. C'est tout. (Jérémy Vandurme, Jusqu'à ce que la mort nous sépare..., Auteur lulu (Lulu.com), 2011, p.180)
    • Mon père avait déplié son journal, L'Express de l'Est, dirigé par M. Chatelain, un ex-Kédale. Il commentait les nouvelles'. Il était passionné par les exploits de l’Aéropostale - chose normale pour un facteur des Postes ! (Marcel Thomas, L'enfant du siècle se souvient: Mémoires, Éditions Criterion, 2018)
  4. Renseignement sur l’état d’une personne ou d’une chose dont on n’était pas informé depuis quelque temps.
    • Depuis son départ de Rejkjavik en Islande, le 9 août, on en est sans nouvelles, et malgré ma grande confiance en lui, je suis fort inquiet. (Alain Gerbault, À la poursuite du soleil ; tome 1 : De New-York à Tahiti, 1929)
    • Sans doute étonné par l'absence de nouvelles de Ned, George Brough, le constructeur de motocyclettes, lui a proposé, il y a quelques semaines, la dernière-née de ses ateliers : une nouvelle version du modèle Brough SS 100. (Julien Jean Loup, Lawrence d'Arabie, Éditions Chronique/Dargaud, 2006)

traductions
traductions
forme fléchie

SingulierPluriel
Masculinnouveaunouveaux
Fémininnouvellenouvelles

nouvelle \nu.vɛl\

  1. Féminin singulier de l’adjectif nouveau.
    • L’idée d’une Ecriture sainte de la nouvelle alliance a été tout à fait étrangère au premier siècle chrétien qui n’a pas connu d’autre recueil canonique que l’Ancien Testament. (Jean-Marc Charensol, La naissance du Nouveau Testament, 1972)
    • Après avoir ainsi payé sa dette à sa position, il s’élève contre la possibilité de créer une religion nouvelle, appelle les théophilanthropes, qui veulent théophilanthropiser le peuple, les frêles rejetons des unitaires ; il se moque du calendrier républicain et de son décadi. (Aimé Burdet, Le Palais de l’Isle à Annecy, 1804)

Nouvelle
étymologie
(sens 1 et 2) On a longtemps cru que ces noms devaient leur origine au père jésuite Henri Nouvel qui œuvra pendant plusieurs années en Nouvelle-France. En fait, le toponyme doit plutôt son origine à l’appellation « La Nouvelle » ou « La Nouvelle de Carleton » qu’on utilisa dès la fin du XVIIIe siècle pour désigner les nouvelles terres ouvertes à la colonisation, situées à l’ouest de Carleton.
(sens 3) Apocope de Nouvelle-Calédonie.

nom propre

Nouvelle \nu.vɛl\ féminin

  1. (Géographie) Ancien nom de la commune française Port-la-Nouvelle.
  2. (Géographie) Municipalité canadienne du Québec située dans la MRC d'Avignon, chef-lieu de du MRC et située à l’embouchure de la rivière Nouvelle, sur la rive nord de la baie des Chaleurs.
  3. (Géographie) Rivière québécoise, en Gaspésie.
  4. (Géographie) Nouvelle-Calédonie.
    • Est-ce que j’sais pourquoi on m’a pas condamné à mort ? Non. Ils m’ont mis à la Nouvelle, à travailler dans les terrains avec ceux qui ne devaient plus sortir de l’Ile. C'est à l’Ile-Nou qu’ils m’ont mis. (Francis Carco, Au coin des rues : La Lumière noire, 1919 ; Éditions G. Crès et Cie, Paris, 1922 ↗p. 44 ↗)



Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.023
Dictionnaire Français