nuage
étymologie
Du latin nubes (même sens).

nom


nuage \ny.aʒ\ ou \nɥaʒ\ masculin

  1. (nuages) Amas de gouttelettes d’eau maintenues en suspension dans l’atmosphère et qui se résolvent ordinairement en pluie.
    • La nuit était sombre, pas une étoile ne brillait au ciel, des nuages lourds et chargés de pluie glissaient au-dessus de la tête de nos voyageurs, comme les vagues d’une mer aérienne. (Alexandre Dumas, Othon l’archer, 1839)
    • La condensation des vapeurs ou nuages donne lieu à la pluie ou à la neige, suivant les températures. (Frère Ogérien, Histoire naturelle du Jura - Tome 1 : Géologie, 1er fasc., 1865, page 112)
    • Cette zone forestière correspond à la région humide des nuages qui ceignent les flancs du pic pendant la majeure partie de l'année et qui se dissipent généralement le soir pour reparaître peu après le lever du soleil. (Frédéric Weisgerber, Huit jours à Ténériffe, dans la Revue générale des sciences pures et appliquées, Paris : Doin, 1905, volume 16, page 1041)
    • Les nuages cessaient de ressembler à des cimes neigeuses ; ils devenaient immatériels et révélaient dans leur contexture un tourbillonnement immense et silencieux. (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, page 96 de l’éd. de 1921)
    • Le ciel était sans un nuage ; la mer brillait sous le soleil, sans un frisson. (Octave Mirbeau, Les Eaux muettes)
    • Le coucher de soleil est d’un gris inquiétant et de gros nuages noirs s’accumulent vers l’occident. (Alain Gerbault, À la poursuite du soleil, tome 1 : De New-York à Tahiti, 1929)
  2. (Par extension) Tout ce qui empêche de décrire distinctement la matière.
    • Je ne vois rien, dit-elle, qu’un nuage de flèches si épais, qu’elles éblouissent mes yeux et cachent à ma vue même les archers qui les lancent. (Walter Scott, Ivanhoé, traduit de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)
    • Les oiseaux innombrables nichent dans les falaises escarpées, et effarés par la sirène des navires, s’envolent en nuages bruyants. (Jean-Baptiste Charcot, Dans la mer du Groenland, 1928)
    • Sauf que la métaphore, c’est justement ce que décrit l’idée du nuage, une forme matérielle, de ce qui ne l’est pas, parce qu’impossible à nommer autrement. (Thomas Naret, Ce que disent les Samurais, 2013)
    • Plus loin, une vision rapide de chevaux lancés à toute vitesse, de selles rouges et de vêtements blancs envolés dans un nuage de poussière : des chasseurs à la poursuite de quelque gibier, lièvre ou gazelle probablement. (Frédéric Weisgerber, Trois mois de campagne au Maroc : étude géographique de la région parcourue, Paris : Ernest Leroux, 1904, page 54)
    • (Figuré) Les nuages de l’erreur.
  3. (Par extension) Tout ce qui obscurcit l’esprit, par le chagrin, la tristesse, la mauvaise humeur.
    • Aucun nuage ne trouble son bonheur.
    • Un nuage de tristesse s’est répandu sur son front.
    • Ne boudez plus, chassez ce nuage.
  4. Les soupçons qui s’élèvent sur la conduite de quelqu’un, des incertitudes répandues sur sa réputation, sur son amitié, d’un commencement ou d’un reste de brouillerie.
    • Leur querelle n’a point duré, ce n’était qu’un nuage. - Tous les jours de leur union ont été des jours sans nuage.
    • Il s’est élevé entre eux des nuages qui ont été promptement dissipés.
    • Nous les verrons se réconcilier ; il ne reste plus entre eux qu’un léger nuage.
  5. (Par extension) Risque ou danger qui s’annonce.
    • Les nuages planant sur les marchés financiers depuis octobre – la guerre commerciale entre Washington et Pékin, la crainte d’un ralentissement économique mondiale, la peur de voir la Banque centrale américaine remonter trop rapidement ses taux d’intérêt –, ne se sont pas non plus dissipés. (Pour Noël, Wall Street fait le yo-yo)
  6. (Internet) Ensemble des matériels et des logiciels accessibles par l’internet, qu’un prestataire met à la disposition de ses clients sous la forme de services en ligne.
    • À cela, on peut rétorquer que les dites entreprises peuvent sous-traiter à des experts l’organisation d’un nuage privé. (François Rivard, [https://books.google.fr/books?id=sYe_onZeVkUC&pg=PA49&dq=%22un+nuage%22+%22cloud+computing%22&hl=fr&sa=X&ved=0CDIQ6AEwAGoVChMIsqHWrYn-yAIVQT4UCh3aTAOM#v=onepage&q=%22un%20nuage%22%20%22cloud%20computing%22&f=falseCloud Computing : Le Système d’information sans limite], Lavoisier, 1er mars 2012) }{#if:{#if:| (OCLC {oclc} ↗)}}}}
    • Apparu en 1996, le mot « nuage », qui désigne une technologie reposant sur d’innombrables data centers, permet aux géants de la Silicon Valley de faire oublier le fonctionnement de ce système polluant. (Derrière le mirage du « cloud », le nuage noir de la pollution)

traductions
traductions
forme fléchie

nuage \ny.aʒ\ ou \nɥaʒ\

  1. Première personne du singulier de l’indicatif présent de nuager.
  2. Troisième personne du singulier de l’indicatif présent de nuager.
  3. Première personne du singulier du subjonctif présent de nuager.
  4. Troisième personne du singulier du subjonctif présent de nuager.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif présent de nuager.



Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.007
Dictionnaire Français