nuit
étymologie
Du moyen français nuit, nuict, de l’ancien français nuit, noit (ca. 980), du latin noctem accusatif singulier de nox, de l’indo-européen commun nókʷts [1]. Cognat de l’italien notte, de l’espagnol noche, du portugais noite ; également apparenté à l’anglais night, à l’allemand Nacht, au suédois natt.

nom

SingulierPluriel
nuitnuits

nuit \nɥi\ féminin

  1. Période quotidienne durant laquelle le soleil est sous notre horizon et qu'il fait noir.
    • La nuit n’était pas brouillardeuse, mais terne, humide sans pluie, froide sans frimas, une vraie nuit française de janvier. (Ivan Tourgueniev, L’Exécution de Troppmann, avril 1870, traduction française de Isaac Pavlovsky, publiée dans ses Souvenirs sur Tourguéneff, Savine, 1887)
    • Nous avions mis trois jours à l’œuvre, Varsovie n’eut besoin que d’une nuit, de la nuit du 29 novembre 1830! (François-Vincent Raspail, De la Pologne — Les deux insurrections, 1839)
    • Le baromètre a baissé terriblement pendant la nuit et la matinée. Je m’attends à du gros temps. (Alain Gerbault, À la poursuite du soleil ; tome 1 : De New-York à Tahiti, 1929)
  2. (Par extension) Obscurité, ténèbres.
    • […] dans la nuit, les pauvres arbres, sous l’effort du vent plus colère, gémissent et craquent. (Octave Mirbeau, Lettres de ma chaumière : La Tête coupée, A. Laurent, 1886)
    • […] je vis tragiquement émerger de la nuit une étonnante masure en ruines à un étage, aux persiennes vermoulues et closes. (Francis Carco, Messieurs les vrais de vrai, Les Éditions de France, Paris, 1927)
    • Je monte sur le pont et aperçois dans la nuit très noire les nombreuses lumières d’un vapeur qui s’éloigne. (Alain Gerbault, À la poursuite du soleil ; tome 1 : De New-York à Tahiti, 1929)
    • Noire, très large, plus haute encore, la cheminée nous protège de sa hotte ; sur le rebord, entre deux boîtes de plantes médicinales, se dresse la lampe, qu’on n’allumera qu’à la nuit pleine. (Marcel Arland, Terre natale, 1938, réédition Le Livre de Poche, page 18)
    • D’une lucarne, dans le haut du mur, je voyais la nuit s’éclaircir. J’entendis un coq chanter […] (Henri Alleg, La Question, 1957)
    • Il entra dans la grotte et se trouva alors dans une nuit profonde.
  3. Symbole de destruction, d’oubli, de mort, de néant.
    • La nuit éternelle.
synonymes antonymes
traductions
  • allemand : Nacht féminin
  • anglais : night
  • espagnol : noche féminin
  • italien : notte féminin
  • portugais : noite féminin
  • russe : ночь féminin

traductions
adjectif

nuit \nɥi\ invariable

  1. Désigne une couleur bleu profond tirant légèrement sur le violet. #0F056B
    • Bleu nuit.
forme fléchie

nuit \nɥi\

  1. Troisième personne du singulier de l’indicatif présent de nuire.
    • La douleur n’est qu’un accident de ce mouvement vital ; loin de le favoriser, elle lui nuit au contraire ; elle retarde le rétablissement de l’ordre; elle favorise, comme nous allons le voir, les causes qui tendent à désalcaliser le sang. (Sébastien Antoine Turck, Traité de la goutte et des maladies goutteuses, 1838, pages 208-209)



Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.069
Dictionnaire Français