opéra
étymologie
(fin XVIIe siècle) De l’italien opera.
Note: (Pâtisserie) L’invention du gâteau opéra fut revendiquée par Gaston Lenôtre dans les années 1960, mais pourrait être due à la maison Dalloyau. Encore plus tôt, une publicité dans le Gaulois en 1899 propose un gâteau opera.

nom

SingulierPluriel
opéraopéras

opéra \ɔ.pe.ʁa\ masculin

  1. Composition dramatique, mise en musique pour être chantée avec accompagnement d’orchestre et souvent de danses et une importante mise en scène.
    • À midi, j'allais à la messe militaire. […] De retour, nous dînions à deux heures et demie, et à cinq heures nous gagnions le théâtre où se donnait un opéra tragi-comique. (La Vie française à la veille de la révolution (1783-1786) : Journal inédit de Madame Cradock, traduit de l'anglais par Mme Odelphin Balleyguier, Paris : Perrin & Cie, 1911, p.153)
  2. (Sens général) Ce genre de composition.
    • En effet, l’opéra est un spectacle très budgétivore, bien plus qu'une comédie, même ornée, mais une fête galante de Cour, avec ses bals, ses carrousels, ses banquets, ses feux d'artifice, etc., coûtait bien davantage encore. (Alain Viala , La France galante : Essai historique sur une catégorie culturelle, de ses origines jusqu’à la révolution, Paris : PUF, coll. « Les Littéraires », 2008)
  3. (Spécialement) (avec une majuscule) Théâtre qui est destiné à sa représentation.
    • Oh ! reprit la jeune fille, […], tu te souviens de notre loge grillée à l’Opéra ? Toutes les dames en avaient de pareilles. Eh bien, c’est fini ou presque. (Out-el-Kouloub, Zaheira, dans Trois contes de l’Amour et de la Mort, 1940)
  4. (Par analogie) (Fiction) Ensemble de sous-genres de la science-fiction caractérisé par des histoires dépeignant des aventures épiques ou dramatiques dans un cadre géopolitique complexe (opéra planétaire, opéra de l'espace ou opéra spatial...).
  5. (vieilli) (rare) Nom d’une couleur, un rouge soutenu.
    • C’était exactement comme son jeu de cravates. À part les nœuds papillons noirs pour le smoking, blancs pour l’habit, les autres étaient d’une grande sobriété. Il en avait une seule très colorée : couleur opéra, c’est-à-dire plus vif que lie-de-vin. (Céleste Albaret, Monsieur Proust — Souvenirs recueillis par Georges Belmont, chapitre VIII ; Éditions Robert Laffont, Paris, 1973, page 110.)
  6. (Pâtisserie) Pâtisserie au chocolat et au café, constituée d’une succession de biscuits Joconde imbibés d’un sirop au Grand Marnier ou au cointreau, de ganache et de crème au beurre, recouvert par un glaçage au chocolat.

traductions
traductions
  • russe : опера

forme fléchie

opéra \ɔ.pe.ʁa\

  1. Troisième personne du singulier du passé simple de opérer.

Opéra
étymologie
(Par métonymie) De l’Opéra de Paris, situé dans le quartier.

nom propre

Opéra \lɔ.pe.ʁa\ féminin

  1. Autre nom du 9e arrondissement de Paris.
    • Dans le groupe du centre l'immigration l'emporte avec un excédent de plus de 32.000 unités (près de 3%) ; il n'y a excédent d'émigration que dans les IIIe, VIe et IXe arrondissements (Bourse, Luxembourg et Opéra). L'immigration est insignifiante dans le VIIe (Palais-Bourbon), légère encore dans le IIIe (le Temple), mais plus sensible déjà dans certains arrondissements purement centraux, le IVe (Hôtel-de- Ville) et le Ier (Louvre). (Paul Meuriot, Les migrations internes dans quelques grandes villes, dans le Journal de la société statistique de Paris, 1909, t. 50, p. 398)



Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.007
Dictionnaire Français