orage
étymologie
De l’ancien français ore.

nom

SingulierPluriel
orageorages

orage \ɔ.ʁaʒ\ masculin

  1. (Météorologie) Perturbation atmosphérique, ordinairement de peu de durée, qui se manifeste par un vent impétueux, de la pluie ou de la grêle, des éclairs et du tonnerre.
    • J’entends sous le feuillage
      L’eau qui tombe à grand bruit,
      Voici, venir l’orage
      Voilà l’éclair qui luit.
      Entends-tu le tonnerre ?
      Il roule en approchant, …
      (Fabre d’Églantine, Il pleut, il pleut, bergère,)
    • La Verse ou le versage des blés, et de beaucoup de plantes céréales, est un accident occasionné, ou par de grands vents, des orages, de fortes pluies, ou par le trop d'embonpoint que prennent les plantes dans les temps chauds et humides. (Jean Baptiste Henri Joseph Desmazières, Agrostographie des départemens du Nord de la France, page 130, 1812)
    • On entendait incessamment sur le parc de Neuilly grêler les balles à travers les branches avec ce bruit des orages d'été que nous connaissons si bien. (Louise Michel, La Commune, Paris : P.-V. Stock, 1898, p.219)
    • L’atmosphère avait été lourde pendant toute la journée, et le soir un orage terrible se déclara. Les coups de tonnerre se succédaient sans interruption ; la pluie tombait, torrentielle. (Octave Mirbeau, La Chambre close, Ernest Flammarion, Paris, 1920)
    • Sur les versants dénudés, […], les eaux se précipitent avec violence à la suite des orages, affouillent le sol, entraînent les terres, les blocs de rochers, […]. (Ludovic Naudeau, La France se regarde : le Problème de la natalité, Librairie Hachette, Paris, 1931)
    • Le canon grondait en avant de nous, comme un orage lointain ; nous entendions cela depuis Toul ; ce n'était pour moi qu'une sorte d'éloquence. Nul parmi nous ne savait rien de la guerre ; […]. (Alain, Souvenirs de guerre, page 9, Hartmann, 1937)
  2. (Figuré) Malheurs dont on est menacé ; disgrâces qui surviennent tout à coup, soit dans les affaires publiques, soit dans la fortune des particuliers.
    • […] ; il me semble n’y avoir vu encore que des visages effarouchés ou rébarbatifs. Peut-être aussi les Parisiens ont-ils peur de l’orage. (Alexandre Dumas, La Reine Margot, 1845, volume I, chapitre IV)
  3. Désaccord violent qui se produit entre deux ou plusieurs personnes.
    • […] ; et je me prépare à lui répondre par ma première épître aux Turgotins ».
      Ce mot pouvait soulever un orage, car plusieurs des convives étaient d’anciens amis de Turgot.
      (Julie de Querangal, Philippe de Morvelle, Revue des Deux Mondes, T.2, 4, 1833)
    • Même s’ils sont obligés de négocier, les gouvernements ont vu qu’ils pouvaient laisser passer l’orage. Résultat : les contestations ritualisées n’obtiennent quasiment plus de résultats. (La grève, un mode d’action devenu obsolète ?)
  4. Ce qui vient troubler la paix de l’âme.
    • Les orages des passions. - Les orages du cœur.
synonymes
traductions
forme fléchie

orage \ɔ.ʁaʒ\

  1. Première personne du singulier de l’indicatif présent du verbe orager.
  2. Troisième personne du singulier de l’indicatif présent du verbe orager.
  3. Première personne du singulier du subjonctif présent du verbe orager.
  4. Troisième personne du singulier du subjonctif présent du verbe orager.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif du verbe orager.



Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.019
Dictionnaire Français