palonnier
étymologie
Du moyen français palonnel (attesté au XIVe siècle), devenu palonneau puis palonnier.
Note: La gouverne de direction d’un avion était équipée (et l’est parfois encore) d’un véritable palonnier (au sens mécanique) manipulé à l’aide des pieds. Le terme s’est perpétué pour cette commande bien qu’elle soit maintenant généralement asservie par d’autres systèmes.

nom

SingulierPluriel
palonnierpalonniers

palonnier \pa.lɔ.ɲje\ masculin

  1. (Mécanique) Dispositif destiné à équilibrer les efforts, le plus souvent pour en répartir deux en un.
    • On utilise des palonniers de levage afin d’équilibrer les charges longues.
    • Les véhicules automobiles peuvent être équipés de palonniers de freinage.
  2. (Aéronautique) (Par extension) Organe de commande de la gouverne de direction d’un avion servant à régler le lacet.
    • Il faut avoir lutté pendant des heures et des heures contre le vent en étant pris de travers ou par le dessous, étant forcé d’appuyer constamment le pied gauche ou le pied droit sur le palonnier ou de tenir le manche à deux mains, pour sentir l’infériorité de la machine et de l’homme contre le vent. (Dieudonné Costes & Maurice Bellonte, Paris-New-York, 1930)
  3. Barre transversale à laquelle les traits sont attachés et servant à répartir les tractions sur une charrue, une voiture ou un engin à traction animale.
    • Monsieur, dit le postillon, voilà le palonnier cassé, je ne sais plus comment atteler mon cheval. (Victor Hugo, Les Misérables, 1862)
  4. (sport) Pièce tenue par la personne pratiquant le ski nautique ou le téléski.

traductions
  • allemand : Bohrschwengel, Schlaghebel
  • anglais : compensator, rocking lever
  • italien : barra di distribuzione, ripartitore

traductions
traductions
traductions


Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.013
Dictionnaire Français