panser
étymologie
Doublet de penser et longtemps écrit de la même façon. Le sens de « prendre soin, soigner, se préoccuper de » dérive de penser à, penser de. La graphie panser se systématise au dix-septième siècle.

verbe

panser \pɑ̃.se\ transitif conjugaison

  1. Soigner une plaie ou une blessure ; lui faire un pansement.
    • L'assistance médicale était organisée ; les infirmeries indigènes, créées dans chacun de nos postes, voyaient affluer, chaque jour, des centaines de consultants dont certains venaient se faire panser les blessures reçues en nous combattant ; […]. (Frédéric Weisgerber, Au seuil du Maroc Moderne, Institut des Hautes Études Marocaines, Rabat : Les éditions de la porte, 1947, p. 177)
    • Les blessures des arbres doivent être soigneusement pansées au mastic.
  2. (Par extension) (Littéraire) Consoler, soulager.
    • Toujours penchée sur le grabat des âmes, Elle lavait les plaies, pansait les blessures, réconfortait les défaillantes langueurs des conversions. (Joris-Karl Huysmans, La Cathédrale, Plon-Nourrit, 1915)
    • Elle avait été blessée dans son amour-propre, il s’employa à panser sa déception.
  3. Faire la toilette d’un animal, en particulier d’un cheval, l’étriller, le brosser, etc.
    • Cogolin conduisit les chevaux à l’écurie, les pansa, les fit boire et leur donna à manger. (Michel Zévaco, Le Capitan, 1906, Arthème Fayard, coll. « Le Livre populaire » no 31, 1907)

traductions


Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.006
Dictionnaire Français