pessimisme
étymologie
(1759) Du latin pessimus, superlatif de malus, « mauvais ».

nom


pessimisme \pe.si.mism\ ou \pɛ.si.mism\ masculin

  1. (philosophie) Doctrine philosophique selon laquelle le mal l’emporte sur le bien.
    • J’imagine que le pessimisme grec provient de tribus pauvres, guerrières et montagnardes, qui avaient un énorme orgueil aristocratique, mais dont la situation était par contre fort médiocre […] (Georges Sorel, Réflexions sur la violence, 1908, p. 15)
  2. (courant) Opinion, état d’esprit, de ceux qui sont portés à croire que tout va mal.
    • Vous voulez sans doute dire, monsieur, que la vie est sans but? N'est-ce pas ce qu'on appelle le pessimisme? (Jean-Paul Sartre, La Nausée, 1938)
    • En dépit du mauvais pressentiment qui s'insinue en moi, je continue d'espérer. Il m'arrive parfois d'outrepasser mon pessimisme et de me retrouver « déçu en bien », comme disent les Suisses romands. (Patrice Dard , Les nouvelles aventures de San-Antonio : Macchab Academy, Fayard, 2007, p.45)

traductions


Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.013
Dictionnaire Français