phénix
étymologie
Du latin phoenix, par le grec ancien φοῖνιξ.
fenix.

nom

phénix \fe.niks\ masculin, singulier et pluriel identiques

  1. (Mythologie) (fantastique) Oiseau fabuleux qui, disait-on, était unique en son espèce, vivait plusieurs siècles et renaissait de ses cendres.
    • Le phénix devint rapidement une figure familière dans les cercles paracelsistes, tout en suscitant des exégèses assez variées. (Michael Maier, Sylvain Matton, Jacques Rebotier, Chansons intellectuelles sur la résurrection du Phénix, traduit du latin par M. L. L. M. (Monsieur L’abbé [Jean-Baptiste] Le Mascrier), Debure l’aîné, Paris, 1758, reproduction de J.-C. Bailly Éditeur, 1984)
    • Autrement dit, le Phénix salamandrique habite dans le feu et il est l’âme iliastrique dans l’être humain. (ibid.)
    • Pour Paracelse, en effet, Adam et Ève existaient avant la chute dans un état de divine perfection qui est la « vie iliastrique » ; en revanche, après la chute, le corps de l’homme devint sujet à la corruption, et cet état correspond à la « vie cagastrique ». Toutefois au sein même de la vie cagastrique subsiste un résidu de la vie iliastrique. Ainsi y a-t-il dans l’homme à côté de l’âme cagastrique une âme iliastrique, qui correspond au phénix alchimique. (ibid.)
    • Jacques Gohory (1520–1576) insiste, en trahissant son vif intérêt pour la magie et son admiration pour Trithème, sur la signification alchimique du phénix. Après avoir décrit ce dernier d’après Pline et Albert le Grand, ainsi que le basilic, Gohory poursuit : « Je conclurai de tous ces mystères que dans les paraboles le Phénix, le Basilic, la Glaure , la Mandragore, le Caméléon sont une même chose à propos de laquelle Roger Bacon écrit […] (ibid.)
    • Le phénix ce bûcher qui soi-même s’engendre
      Un instant voile tout de son ardente cendre
      (Guillaume Apollinaire, « Zone », dans Alcools, 1913)
    • Et je chantais cette romance
      En 1903 sans savoir
      Que mon amour à la semblance
      Du beau Phénix s’il meurt un soir
      Le matin voit sa renaissance.
      (Guillaume Apollinaire, « La Chanson du Mal-aimé », dans Alcools, 1913)
  2. (Figuré) Personne que l’on prétend être unique ou rare dans son espèce, que l’on trouve supérieure à toutes les autres personnes qui suivent la même carrière.
    • Vous êtes le phénix des hôtes de ces bois. (Jean de La Fontaine, « Le Corbeau et le Renard », dans Fables)
    • Cet homme est le phénix des beaux esprits, des orateurs, des poètes.
    • Cette écolière est bonne élève, ce n’est pas un phénix.
  3. (arbres) Genre de palmiers de nom scientifique Phœnix[1].
    • Je fus introduit par un laquais en petite tenue — habit noir sur pantalon gris fer — dans un hall jonché de peaux de bêtes, entre des floraisons excessives de phénix et de lataniers. (Maurice Dekobra, La Madone des sleepings, 1925, réédition Le Livre de Poche, page 28)
  4. (Agriculture) Variété de coq domestique du Japon dont les plumes de la queue sont très longues.
  5. (zootechnie) Race de poules décoratives, originaires du Japon, de taille moyenne, à très longues plumes chez le coq.
  6. (Héraldique) Meuble représentant l’animal fabuleux du même nom dans les armoiries. Il est généralement représenté sous la forme d'un oiseau aux ailes éployées, la tête tournée vers l’angle chef dextre, le bas du corps disparaissant dans un brasier appelé immortalité en héraldique. On doit toujours blasonner la couleur du brasier.
    • D'azur au phénix d’or sur son immortalité de gueules, qui est de Sermaize-les-Bains de la Marne voir illustration « armoiries avec un phénix »

traductions
traductions
Phénix
nom propre

Phénix \fe.niks\ masculin singulier

  1. (astron) Constellation de l’hémisphère sud, peu lumineuse. Elle est bordée par le Sculpteur, la Grue, le Toucan, l’Éridan et le Fourneau.

traductions


Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.018
Dictionnaire Français