piaffer
verbe

piaffer \pja.fe\ intransitif conjugaison

  1. (Équitation) Marcher, en levant les jambes de devant fort haut et les abaissant en frappant le sol sans presque avoir avancé, en parlant du cheval.
    • Cependant les chevaux piaffaient devant la porte, écuyers, pages et varlets attendaient debout. (Alexandre Dumas, Les Deux Diane, 1847, chap. 2)
    • Ces incidents, qui dévoraient un temps sans doute précieux, arrachaient des mouvements d'impatience à la jolie femme : on aurait pu la comparer à un cheval de race piaffant avant la course. (Honoré de Balzac, La Femme de trente ans, Paris, 1832)
    • Des cavaliers, en assez grand nombre, excitaient leurs montures et piaffaient à travers la foule ; c’était en petit l’effet des Champs-Élysées à sept heures du soir. (Théophile Gautier, Ce qu’on peut voir en six jours, 1858, réédition Nicolas Chadun, page 161)
    • Mon cheval, sellé et bridé, ronge son frein et piaffe à ma porte; mes effets encombrent le patio, ficelés et prêts à être chargés. (Frédéric Weisgerber, Trois mois de campagne au Maroc : étude géographique de la région parcourue, Paris : Ernest Leroux, 1904, page 26)
    • Les chevaux, en piaffant, piétinèrent dans les flaques sanglantes. C'était le sacrifice de bienvenue. (Out-el-Kouloub, Zariffa, dans "Trois contes de l'Amour et de la Mort", 1940)
  2. (Figuré) S’agiter bruyamment.
    • Comment la mère peut-elle tenir le fil quand celles qui écoutent piaffent d’impatience dès les premières paroles pour faire de cette histoire leur propre histoire ? (Claude De La Genardière, Encore un conte ? Le Petit Chaperon Rouge à l'usage des adultes , page 192, L'Harmattan, 1996)
  3. Faire de l’esbroufe.

traductions
nom

SingulierPluriel
piafferpiaffers

piaffer \pja.fe\ masculin

  1. (Équitation) Posture particulière du cheval qui piaffe.
    • Le piaffer est un passage en place, sans avancer, sans reculer et sans se traverser, avec cette différence que les mouvements doivent être plus vifs et plus trides. (Félix van der Meer, Connaissances complètes du cavalier, de l'écuyer et de l'homme de cheval, page 241, Lebègue & Cie à Bruxelles & Dumaine à Paris, 1865)



Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.009
Dictionnaire Français