pince-monseigneur
étymologie
Mot  composé de pince et de monseigneur ; l’Académie française donne l’explication suivante pour expliquer le terme : Monseigneur était utilisé pour nommer une personne de haute dignité. Et comme l’on ne refusait rien à ces éminentes personnes, toutes les portes s’ouvrent devant Monseigneur (LARCH. 1880). Autrement dit, on ne refuse pas l’accès à un monseigneur. La pince-monseigneur, qui permet d’ouvrir n'importe quel cadenas ou chaine, tient donc son nom du fait qu’aucune porte ne peut lui résister.

nom


pince-monseigneur \pɛ̃s.mɔ̃.sɛ.ɲœʁ\ féminin

  1. Sorte de levier dont se servent les cambrioleurs pour forcer les portes voir pied-de-biche.
    • Le coffre-fort ne veut pas être brutalisé, violenté ; il faut user de douceur avec lui, le caresser longuement. Une pince-monseigneur, un chalumeau ? Allons donc. Un petit air de flûte. Le charme opère. (Victor Méric, Les Compagnons de l’Escopette ↗, Éditions de l’Épi, Paris, 1930, page 187)
    • Nous sommes partis par une nuit plutôt nocturne
      Nous quatre Dudule le gros Victor et l’Amnésique
      Nous avions collé des semelles crêpes à nos cothurnes
      J’portais les outils la pince-monseigneur l’chalumeau oxhydrique
      (Boris Vian, Le Tango interminable des perceurs de coffres-forts. Chanson interprétée en 1958 par Les Frères Jacques.)
  2. Coupe-boulons.
  3. Clé, ce qui ouvre les portes.
    • Pour eux l’intelligence était l’espèce de « pince monseigneur » grâce à laquelle des gens qu’on ne connaissait ni d’Ève ni d’Adam forçaient les portes des salons les plus respectés. (Proust, Guermantes, t.2, 1921, page 442)

traductions


Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.066
Dictionnaire Français