piter
verbe

piter \pi.te\ intransitif

  1. Mordre à l’hameçon.
    • Pour piter, ça pitait ce jour-là. A telle enseigne qu’accaparé par les girelles et les sarans que je remontais par paquets, je n'ai pas fait gaffe au mistral qui se levait... (Jean Bazal, Panique dans le pastis, Marseille : Éditions I.N.A., 1964, chap. 3)
    • Dès qu'un poisson pite, il fait mettre la barre toute d'un bord pour tomber la vitesse et faciliter la remontée du poisson. (Robert Chardon, Mes carnets de bord : sept ans, onze navires, 1953-1960‎, 2005)
    • On endort la vigilance jusqu'au moment où la personne concernée "pite". (Christian Harrel-Courtès, Marseille nostalgie, 1994)
    • Au mot « héritage », presque tout le monde pitait mieux qu'une bande de poissons affamés. Et de fait: […]. (Andrea Camilleri, L'âge du doute, Une enquête du commissaire Montalbano, traduit de l'italien (Sicile) par Serge Quadruppani, Éditions Fleuve Noir, 2013, chap. 3)

Piter
étymologie
Transcription du russe Питер.

nom propre

Piter \pi.tɛʁ\ (genre à préciser : , , , ?)

  1. (Géographie) Surnom et diminutif de Saint-Pétersbourg, en Russie
    • Je pars à Piter. Je travaillerai dans un bureau de traduction. Papa est contre, bien sûr, mais qu’est-ce que je peux faire ici ? (Alissa Ganieva, Salam, Dalgat !, 2010 ; traduit du russe par Joëlle Dublanchet, 2013, p. 94)

traductions
  • russe : Питер



Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.005
Dictionnaire Français