planquer
verbe

planquer \plɑ̃.ke\ transitif conjugaison (pronominal : se planquer)

  1. (argot) Cacher, mettre en lieu sûr.
    • […] ils savent pas qui on est. Comme ils doivent jouer chero, plutôt qu'd'ouvrir, ils préfèreront planquer leurs dés et s'débiner. (Francis Carco, Messieurs les vrais de vrai, Les Éditions de France, Paris, 1927)
  2. (argot) Accumuler, mettre de l'argent de côté.
    • Il a planqué son fric en Suisse.
  3. (intransitif) (argot) Faire une planque, surveiller, espionner.
    • Les flics planquent devant chez toi.
  4. (pronominal) réfléchi (argot) Se cacher, se mettre en lieu sûr.
    • — Andy, ça n'est pas très cool de se planquer comme ça derrière les gens quand ils sont en train de couler un bronze. (Stephen King, La Tour Sombre, tome 5 : Les Loups de la Calla, traduit de l'américain par Marie de Prémonville, Paris : le Grand livre du mois, 2005, chap. 6, §. 2)
    • Derrière les accents rugueux il y a de la générosité qui se planque. (Stéphanie Maurice, La passion du tuning, Seuil, 2015, coll. Raconter la vie, p. 44.)

traductions
traductions
traductions
traductions


Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.006
Dictionnaire Français