pneu
étymologie
(1891) Apocope de pneumatique.

nom


pneu \pnø\ masculin

  1. Enveloppe souple remplie d’air qui entoure une roue et assure son contact avec le sol, inventée en 1888.
    • Aussi, ils « grillèrent » un grand nombre de cyclistes et une automobile à quatre roues, ancien modèle, immobilisée par un pneu dégonflé. (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, page 55 de l’éd. de 1921)
    • Un pneu est un solide souple de forme torique formé de gomme et autres matériaux textiles et/ou métalliques. (http://abc-pneu.net/ ABC Pneu)
  2. Message envoyé par un système de canalisations à air comprimé.
    • ''Le lendemain matin, à huit heures, on apportait à Hélène un pneu, écrit à la machine :/>— Que nul ne s’inquiète ! J’ai recueilli Antoinne [sic]. Il est parfaitement heureux et entouré de toutes sortes de commodités. (Jules Supervielle, Le Voleur d’enfants'', 1926, p. 40)

    • ''— Monsieur, un pneu/>Je l’ouvre sans hâte. Mais dès les premières lignes j’ai dû verdir. […] Je lui tends le papier bleu où elle peut lire : […] (Victor Méric, Les Compagnons de l’Escopette ↗'', Éditions de l’Épi, Paris, 1930, page 191)

    • Je reçois trois pneus de femmes par jour, toujours pour ne rien dire, bien entendu. (Henry de Montherlant, Les Jeunes filles, 1936, Biblio. Pléiade Romans I, p. 981)
synonymes
traductions


Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.030
Dictionnaire Français