poitriner
étymologie
De poitrine.

verbe

poitriner \pwa.tʁi.ne\ intransitif ou transitif

  1. Chanter avec une voix de poitrine.
    • Un contralto ne doit pas poitriner, même dans le grave; (Pierre Bonnier, La voix, sa culture physiologique : théorie nouvelle de la phonation, 1907)
    • Certes, c’est tout à fait son style propre, mais il est intéressant d’entendre comment, alors qu’il assure sans doute l’accompagnement à la guitare, la chanteuse poitrine un peu, joue de rubatos très professionnels (ici une lenteur gouailleuse, là quelques notes pressées de séductrice un peu hautaine), jette çà et là des notations qui tiennent à la fois d’une lecture très méticuleuse du texte (avec un effet et une intention à chaque vers), et de l’autoportrait d’une Parisienne qui n’a ni l’œil ni la langue dans la poche. (Bertrand Dicale, Brassens ? , Flammarion, Paris, 2011)
  2. (Anjou) (Vendée) Rabattre les cartes sur sa poitrine pour les cacher.
    • Il s’amusa à voir les partenaires « poitriner » leur jeu, en tenant leurs cartons près du corps, tout en essayant de découvrir si l’adversaire possédait quelques-unes des cartes majeures : la vache ou le borgne. (Michel Ragon, Les Mouchoirs rouges de Cholet, Albin Michel, 1984, livre premier, chapitre 4)
  3. Plastronner.
    • En habit, une fleur à la boutonnière, le front haut, il avait essayé de poitriner, d'offrir une alliance, un marché. (Henry Bordeaux, La croisée des chemins, 1909)



Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.004
Dictionnaire Français